Bertrand Joseph François et les autres

De Adèle à Bertrand il n’y a qu’un pas. Celui du nom de famille. Adèle Bertrand, celle par qui j’ai découvert cette branche vosgienne faite de luthiers. Et puis j’ai approfondi mes recherches…

 

bertrand, luthier, mirecourt, vosges, challengeaz, généalogie

 

Lorsque j’ai commencé la généalogie d’Adèle, j’ai d’abord retrouvé son père François Gabriel. Né le 24 octobre 1819 à Mirecourt (Vosges) où il passera toute sa vie. Il verra son unique enfant partir comme tant d’autres pour Paris, avant de décéder le 29 mars 1901, à l’âge respectable de 80 ans.

Alors que je pensais remonter une lignée de serruriers, voire de retrouver des paysans comme dans la majorité de ma généalogie, j’ai eu la surprise de lire sur son acte de mariage, que François Gabriel était le fils de François Louis, âgé de 56 ans, né à Mirecourt, luthier de profession. Le premier métier artistique de mes ancêtres. Voilà pourquoi j’ai toujours été sensible à la sonorité du violon ! C’est dans mon ADN, car ils sont sûrement luthiers de père en fils depuis des générations. Je venais de commencer la généalogie. J’avais encore beaucoup à apprendre…

 

Les BERTRAND luthiers de père en fils …

 

Si François Gabriel n’a pas suivi les traces de son père (heureusement aurais-je tendance à dire. Vous saurez pourquoi à la lettre F…), qu’en est-il de ses frères ?

Joseph, né en 1821 est aussi luthier. Mais dans les années 1860, il quitte Mirecourt, et je le retrouve concierge à Paris. Je perds sa trace en 1905. Il est âgé de 83 ans et vient de perdre son épouse Anne Zélie COURTOIS.

Joseph, né en 1830, ne quitte pas Mirecourt. Selon les années, il est cité comme étant cordonnier, agent de police, appariteur.

Donc, seul un fils de François Louis a exercé le métier de luthier. Quand on connaît les conditions sociales des luthiers, il n’est pas surprenant que les enfants aient suivi une autre voie.

 

Qu’en est-il des autres générations ? C’est en continuant les recherches que ma bulle artistique a explosé.

 

Joseph, le père de François Gabriel n’est pas luthier, et encore moins de Mirecourt. Né le 15 mai 1765 à Tonnoy, en Meurthe-et-Moselle, il est dit journalier à la naissance de François Louis, puis vigneron à la naissance de son second enfant Marguerite, en 1805, puis meunier à son décès en 1818. A-t-il été vigneron à défaut de mieux avant d’embrasser le métier de meunier ? Un métier qu’il devait bien connaître puisque c’était celui de son père, Etienne BERTRAND.

Etienne est né le 5 juin 1731 à Moyemont dans les Vosges. Après s’être marié en 1756 à Haussonville en Meurthe-et-Moselle avec Marie Eury, la famille s’installe à Tonnoy.

Et Joseph, le père d’Etienne ? Etait-il luthier ? Serrurier ? Vigneron ? Meunier ? Je ne sais pas. Je sais qu’il fut marié une première fois à Elisabeth Colin. Les enfants du couple sont nés à Bazien puis Moyemont. Il s’est remarié à l’âge de 56 ans à Moyemont avec Françoise MASSON. Il décède en 1754 à Moyemont, à l’âge de 80 ans. Pour chacun des actes trouvés, aucune mention de sa profession n’a été faite.

 

En résumé

 

 

généalogie, challengeaz, luthier, vosges, bertrand

 

Tous mes ancêtres BERTRAND ne sont pas luthiers, et ne sont pas des Vosges !

La généalogie demande de la patience et surtout, de ne pas sauter tout de suite aux conclusions. Si vous débutez votre généalogie, prenez le temps de mener vos recherches. En retrouvant tous les enfants, en étudiant leurs parcours de vie, vous aurez beaucoup plus de détails sur leurs parents. Étaient-ils vivants lorsque leurs enfants se sont mariés ? Où habitaient-ils ? Quelle était leur profession ? Plus vous trouverez de renseignements, plus vos étofferez votre histoire familiale.

Enregistrer