#ChallengeAZ : D comme dispenses de consanguinité

Parmi les documents riches d’enseignement, mais auxquels nous pensons peu, se trouvent les dispenses de consanguinité.

« La dispense de consanguinité est un accord donné par un évêque pour un mariage entre cousins. En droit canon, on compte le nombre de degrés qui séparent de l’ancêtre commun. Les dispenses du deuxième degré sont accordées par le pape, les autres par les évêques.

Un dossier de dispense complet comporte :
– la « supplique » ou demande du curé des futurs (noms, prénoms professions et domiciles des « supplicants », la nature et le degré de l’empêchement, et pour les cas d’affinité et de consanguinité, un tableau de cousinage où figurent les ascendants de la lignée menant à l’ancêtre commun) ;
– l’enquête comporte les témoignages des futurs époux, de deux témoins de la famille et de deux témoins pris en dehors de la famille ;
– l’accord de l’évêque. »

source : Archives de la Manche

 

Petit bonheur, parmi tant d’autres, de généalogiste, avoir accès à ces documents riches d’enseignements. Ce n’est pas un privilège de généalogiste professionnel donc, si un acte de mariage fait mention d’une telle dispense, précipitez-vous aux Archives départementales, en série G. Si peu de dossiers ont été conservés, prenez plaisir à découvrir les rescapés, ils vous invitent à un voyage temporel.
dispense-noeud

Dispense de consanguinité, évêché de Sens, Yonne ©Sophie Boudarel

 

Si vous êtes chanceux, vous trouverez la dispense qui vous intéresse, et un arbre généalogique.

 

Dispense de consanguinité, évêché de Sens, Yonne ©Sophie Boudarel

Dispense de consanguinité, évêché de Sens, Yonne ©Sophie Boudarel

 

Pour compléter : D comme Dispense de consanguinité, par Brigitte Snejkowski, publié le 4 avril 2013 à l’occasion du #ChallengeAZ