#ChallengeAZ : E comme entreprendre

« Ma petite entreprise » aurait pu être le sous-titre de ce billet. Quel est le lien entre généalogie et entrepreneuriat ?

Entre la rédaction de billets pour ce blog, d’articles pour la Revue Française de Généalogie, la préparation de formations en généalogie et bien sûr, les recherches, je participe également à des réunions d’entrepreneur(e)s.

Vous ne voyez pas le lien entre généalogie et entrepreneuriat ?

En tant que professionnelle, je me dois de développer ma petite affaire, si je veux quelle soit florissante. Plus qu’un devoir, c’est une volonté de ma part. C’est pour cela que j’ai choisi le verbe entreprendre. Il y a dans sa définition, la notion d’entreprise mais aussi celle de faire des choses. C’est cet aspect qui me tient le plus à coeur.

Pour se développer, il faut aller de l’avant, aller vers le client. Que veut-il ? Qu’attend-il d’un généalogiste ? Mes services vont-ils lui plaire ?

Startup Stock Photos

 

C’est pour ces raisons, entre autres, que je me rends régulièrement à des réunions sur l’entrepreneuriat, dont celles de l’association Créez Comme Elles, dont une antenne s’est récemment ouverte à Sens (Yonne).

Lorsque l’on vit généalogie quasiment 24 heures sur 24 (oui, mes nuits sont courtes et peuplées de recherches à mener o_O), sortir du cadre fournit non seulement un bol d’air bénéfique, mais aussi révélateur. Nous baignons tellement dans notre domaine, nous pensons que tout le monde sait de quoi nous parlons.

Quoi de plus bénéfique que de se présenter, et de présenter son activité à des femmes, et des hommes, qui ont en tête leur activité de coaching, de création d’étiquettes ou de scierie ? Il faut être clair et concis, et surtout, donner envie. C’est donc l’occasion de voir comment la généalogie est perçue par des personnes extérieures, ce qui les intéresse, ou pas, dans l’activité, ce qui transformerait une intention en acte d’achat. L’exercice n’est pas aisé, mais tellement passionnant.

FullSizeRender

 

C’est aussi ressourçant.

Il y a des jours de doute sur mes motivations, mon activité, mes capacités. Si un de ces jours tombe sur une réunion, j’avoue y aller à reculons. Et puis, vient le moment où il faut se présenter, expliquer, détailler, et la double sentence tombe : non seulement, je réalise que j’ai le sourire quand je parle de ce que je fais, mais aussi les retours sont là pour me prouver que je suis sur la bonne voie.

Mes interlocuteurs me disent passionnée, et me posent questions sur questions.

Je rentre gonflée à bloc, prête à repartir avec de nouvelles idées, à lancer de nouveaux défis, mais aussi des petites corrections de trajectoire, car il faut tenir compte de ce qui nous est dit, directement ou implicitement.

Comme toute entreprise, il faut être attentif au marché, à l’écoute de ses clients, innovant, se former en permanence. Il faut aussi se faire connaître, et reconnaître.

Être généalogiste professionnel(le) c’est tout cela, un esprit curieux, passionné et d’entrepreneur(e).