#challengeAZ : I comme impatience

Ne l’oubliez jamais. Généalogie est synonyme de patience.

 

Nous l’avons vu dans l’article D comme débuter, en généalogie rien ne sert de courir. Vos ancêtres sont dans les registres depuis plus de cent ans. Ils vous attendront bien encore un peu.

Alors pourquoi tant de précipitation ?

Tout généalogiste, qu’il soit débutant ou aguerri, amateur ou professionnel, est un jour ou l’autre pris dans cette spirale du « tout, tout de suite ».

Après tout, en un clic nous avons accès à des centaines de chaînes, de radios, nous envoyons un email à un correspondant à des milliers de kilomètres de chez nous qui nous répondra dans l’heure suivante, nous avons également accès à l’information en continu et dans l’immédiateté grace aux (ou à cause des) réseaux sociaux dont Twitter.

Pourquoi cela ne serait pas le cas en généalogie ?

Parce que.

Parce qu’une famille ne se construit pas en un clic. Parce qu’une famille se construit tous les jours.

« Il ne s’agit pas de ma famille » allez-vous me répondre. C’est là où vous vous trompez.

Certes il ne s’agit pas de votre famille présentement, mais tous ces individus font partie de vous, sans eux vous ne seriez pas là.

La généalogie consiste à construire à rebours cette famille. Bien sûr vous avez accès aux archives en un clic, mais ce n’est pas une raison pour en attendre autant lorsque vous vous déplacerez.

 
 
 
 

Je sais c’est choquant. Les archives ne sont pas livrées, triées, classées, avec l’acte que vous cherchiez sur le haut de la pile.

Alors respirez, et repensez au plaisir que vous aviez avant la mise en ligne des archives, de courir à la boîte aux lettres, de l’ouvrir avec une impatience non dissimulée, de déchirer l’enveloppe reçue de la mairie pour en extraire fébrilement l’acte de naissance, puis de retourner chez vous le sourire aux lèvres avant de relever, patiemment, toutes les informations qui vous permettraient de poursuivre l’enquête.

 

Crédit photo FreeDigitalPhotos.net