#ChallengeAZ : L comme Livres

Que serait le généalogiste sans ses livres ?

Je vous le révélais dès la lettre F du challengeAZ, j’adore lire. Ce n’est pas nouveau, déjà toute petite je dévorais les J’Aime Lire puis Les 7 compagnons. Encore maintenant, il y a des jours où l’envie de mettre le travail de côté pour lire toute la journée me tiraille (et oui, il faut quand même travailler un peu !).

La lecture ouvre sur deux mondes, le réel, et l’imaginaire. Deux éléments indissociables de la construction de l’individu.

La généalogie peut se pratiquer au sens stricte du terme : remonter les générations, de date en date, de nom en nom. Elle peut aussi être curieuse, et nous pousser à vouloir comprendre, connaître, pour mieux appréhender un évènement, un moment de vie.

Nous nous plongerons alors dans les monographies communales, à la découverte des histoires locales, ou dans des romans historiques, dont la situation se passe à une époque et dans une région qui nous intéresse. La page Histoires locales de la boutique Geneanet propose à la vente plus de 6700 livres. De quoi y trouver son bonheur.

J’ai pu avoir un aperçu de la vie de mes ancêtres en lisant Le luthier de Mirecourt. J’ai aussi compris pourquoi cette branche était composée de luthiers pour les hommes, et de dentelières pour les femmes, en lisant l’Histoire de Mirecourt.

livre-luthier

 livre-mirecourt

Si vous envisagez l’écriture de votre histoire familiale, lire ces monographies est une étape importante qui vous permettra de donner du corps à votre texte (lire aussi Les monographies pour comprendre le quotidien de vos ancêtres, publié sur ce blog le 31 octobre 2011).

Et puis, il y a également les livres qui nous font toucher un quotidien qui n’est pas le nôtre, auquel nos aïeux n’ont pas été confrontés, mais qui nous font comprendre comment d’autres ont vécu certaines périodes de l’Histoire.

livre-jablonka

Je termine actuellement la lecture du livre d’Ivan Jablonka, Histoire des grands-parents que je n’ai pas eus. Historien, Ivan Jablonka a parcouru les Archives et le monde, pour découvrir qui étaient ses grands-parents, comprendre quel a été leur parcours.

J’ai d’abord acheté ce livre pour la méthodologie de l’enquête historique, richement documentée. Rapidement, j’ai découvert un passé si proche, dont je ne soupçonnais pas toutes les horreurs. J’en connaissais les contours certes, mais ce livre révèle ce que nous ne pouvons, ou ne voulons imaginer.

Plus j’avance dans ce livre, plus je comprends que nous devons documenter au maximum notre histoire familiale, pour ne pas oublier, car Il suffit de trois générations pour que la mémoire familiale se perde.

Documentons notre généalogie, plongeons-nous dans les Archives bien sûr, mais aussi dans les livres, récents ou anciens. Profitons du travail déjà accompli par d’autres avant nous, pour à notre tour, transmettre notre héritage.