Comment transmettre sa généalogie ?

Parmi les plaisirs de la généalogie il y a le voyage dans le temps. Nos machines ? Les archives, sous toutes leurs formes, nous ne sommes pas difficiles. Le carburant ? Notre passion, saupoudrée de café, de thé ou de chocolat selon le pilote, voire les trois à la fois.

 

Nous épluchons les registres pour retracer la vie d’un ancêtre et nous prenons conscience du temps, celui qui est passé pour nos ascendants; court pour certains, longs pour d’autres.

Mais prenons-nous conscience que le temps file pour nous également ?

Lorsqu’un de nos proches décède, à défaut d’indications précises, nous sommes souvent celui vers qui se tourne la famille pour collecter les albums poussiéreux et faire le tri dans l’amoncellement de papiers.

Mais qui fera le tri dans vos papiers et où ira l’ensemble de vos recherches ?

Vous avez un membre de votre famille tout aussi passionné que vous ou qui n’attend qu’une chose, prendre la relève ? La chose est entendue, ou presque. Vos travaux iront à cet héritier. Ayez soin néanmoins d’obtenir son accord formel puis voyez ensemble ce qu’il souhaite garder.

Vos proches vous regardent de travers dès que vous mentionnez l’arrière-grand-oncle en agitant son portrait figé par Disdéri ? Il y a fort à parier que vos archives ne vont pas les intéresser. Vous devez alors préparer la transmission (demandez tout de même autour de vous si quelqu’un serait intéressé, on ne sait jamais).

Vous commencerez par évaluer l’importance historique des documents en votre possession. Ces quelques questions peuvent vous aider :

  • est-ce qu’un de mes ancêtres était connu dans sa ville, région, profession ?
  • était-ce un inventeur, un industriel, un sportif connu ?
  • y-a-t-il une souche familiale importante pour l’histoire locale ?
  • possédez-vous des papiers originaux et à valeur historique tels que photographies, lettres, journal documentant la vie locale, …. ?
  • possédez-vous des objets à caractère historique ?

Cet inventaire sommaire vous permettra de déterminer si vos trésors généalogiques sont plus à même d’être légués à une institution tels une bibliothèque ou un service d’archives ou s’ils auraient plutôt leur place au sein d’une association généalogique ou historique. Recherchez les repreneurs potentiels et entrez en contact avec eux.

Il faut savoir que si n’importe quel particulier peut choisir de léguer ses archives privées aux Archives Départementales ou Municipales (1), celles-ci ne sont pas tenues d’accepter systématiquement. Si le fond n’apporte rien en matière d’histoire locale, le service peut refuser. Les fonds ayant le plus de chances d’être acceptés sont ceux d’érudits, d’artistes ou encore de familles aristocratiques. Toutefois, l’acceptation peut dépendre de la politique d’orientation du service mise en place par le responsable des Archives.

Vos archives ont été acceptées ? Sachez que vous pouvez en restreindre les conditions de communication. Toutefois, à moins qu’elles ne contiennent des informations sensibles, il est dommage de léguer ses archives à une institution publique si personne ne peut les consulter.

Enfin votre méthode de classement n’est pas celle des Archives. Les archivistes auront donc à charge d’organiser vos documents, de les indexer, ….

Donation à un membre de la famille ou à un service tiers, quel que soit votre choix, vous mettrez par écrit le choix du légataire, ses coordonnées et les archives qui lui seront versées (description, où les trouver, sous quelle forme).

 

 

A l’ère d’Internet, vous devez penser à votre héritage numérique.

Etablissez une liste où vous noterez les sites (noms et URL, votre identifiant et votre mot de passe) que vous consultez et sur lesquels vous avez des données afin que ces dernières puissent être effacées.

Pour supprimer vos comptes des réseaux sociaux, je vous recommande l’article du site Memoclic Facebook, Twitter, Instagram… : comment supprimer vos comptes ?

Imprimez la page et joignez la à votre mémo Internet.

Vos archives sont organisées et prêtes à être transmises.

 

Merci à Maïwenn Bourdic et Jordi Navarro pour leurs précisions concernant les Archives.

(1) Il existe plusieurs formes de transmission : le don (transfert de propriété), le dépôt (les archives se chargent uniquement de la conservation / communication), la vente, le legs ou la date (don à l’administration en échange de remise sur des frais de succession)