Comment utiliser les sources en généalogie ?

Qu’est-ce qu’une source et comment l’utiliser ?

Suite et fin du dossier sur l’organisation de nos fichiers généalogiques. Nous avons vu ensemble comment organiser les dossiers informatiques puis comment nommer les documents. Je vous recommande la lecture des commentaires sur ce dernier article. Le partage d’expériences des uns et des autres est très enrichissant.

Pour clore logiquement cette série, je vous propose de nous arrêter sur la source en généalogie.

Qu’est-ce qu’une source ?

Longtemps j’ai associé dans mon logiciel de généalogie, Heredis pour ne pas le nommer, une source à un évènement. Cette source avait pour nom, le nom du document que je lui associais. Deux évènements m’ont fait repenser ma gestion des sources.

  • Je me suis retrouvée avec un dictionnaire des sources conséquent, puisque je raisonnais 1 évènement = 1 source. Même avec une codification simple, associer une source est devenu problématique.
  • Avec la mise en ligne des archives, je me suis demandée ou et comment renseigner les informations telles que le registre, la cote, le lien vers l’image en ligne. Pour la cote, pas de souci, Heredis a tout prévu. Mais pour le registre et le lien ? Que dois-je mettre dans la zone « archivage » ?

Comme précédemment, j’ai pris le temps de réfléchir à ce qu’était une source et d’écouter le raisonnement d’autres généalogistes.

Selon le dictionnaire Larousse (1) une source correspond à l’origine de l’information. Wikipedia précise que « les sources écrites sont constituées de textes originaux (manuscrits, correspondance, compte-rendus, etc.), de documents officiels et d’ouvrages (autobiographies, mémoires de recherche, exposés scientifiques, etc.), dits de référence, qui permettent de valider l’authenticité de l’information. » (2)

Dans les commentaires de l’article Comment nommer les documents, Jordi et Jean-Marc expliquent clairement ce raisonnement :

Il ne faut pas confondre « source » et « fichier ». Chez moi, une source est notée, par exemple : « Chevillon : BMS (1721-1760) – Archives départementales 89 – 4E103/E1 – vue 196 – 6 juillet 1756 » A cette source, je peux éventuellement ajouter un ou plusieurs fichiers si je le veux, ou non. Jordi

Pour ma part, pour tout ce qui est Registres Paroissiaux et Etat-Civil, j’ai pris le partie de considérer que les régistres d’une commune sont une et une seule source. Que j’utilise donc pour tous les individus nés, mariés ou décédés dans la commune. Par contre, au niveau de l’événement proprement dit, j’indique en note la côte du document, la page du registre et le lien direct vers l’image en ligne. Et à chaque événement, j’associe le média tiré du registre. Dont le nommage est aussi dans la même veine que certains (date – type d’acte – Individus – Archives – Cote). Jean-Marc 

Ainsi le document généalogique (ou fichier) -acte bms, d’état civil, notarié, …- correspond à l’information; celle que je saisis dans mon logiciel.

 

 
source : Jean-Marc Bogros

 

 

La source quant à elle correspond à l’origine de l’information, là où je l’ai recueillie.

 
source : Jean-Marc Bogros
 

Comment utiliser la source ?    

Maintenant que nous avons défini ce qu’était une source, je vous propose de réfléchir à l’utilisation de celle-ci. Il y a un point que je n’ai pas abordé : la véracité des informations et donc de la source.

Je ne créé de source que lorsque j’ai pu vérifier les informations.

 

Lorsque j’obtiens des informations via un Gedcom ou un arbre en ligne, j’enregistre les informations dans mon logiciel mais ne créé pas de source. Je note l’origine des informations dans la note de l’évènement. Je ne créerais une source (archives, registre, vue) que lorsque j’aurais vérifié la véracité des informations.

 

Un autre cas de figure existe : je suis en possession seulement d’une année de naissance et du lieu. Problème : je trouve des homonymes dans le registre – ce qui est souvent le cas pour ma branche maternelle. Je suis sûre du lieu, de l’année, mais je n’ai pas encore pu vérifier (en croisant avec d’autres documents) si l’information prélevée est la bonne, Heredis me permet d’indiquer un niveau de confiance. Dans le cas cité ici, j’indiquerai un niveau 2 sur 3.

Heredis étant dans une logique 1 évènement = 1 source, ce raisonnement n’est valable que si je n’attache qu’un document à la source, car je considère que le niveau de confiance concerne les informations que j’aurais relevées.

Dès que j’attache d’autres documents à cette source, le niveau de confiance ne peut alors concerner que cette dernière. J’indiquerais alors mon niveau de confiance de l’information dans la note de l’évènement.

 

 

Cette analyse de l’utilisation des sources, comme le reste du dossier, correspond à ma pratique de la généalogie. En aucun cas, je l’érige en solution standard.

Votre organisation dépendra de votre façon de faire, de votre expérience. Néanmoins, j’espère que ce dossier vous aura aidé sinon donné des pistes de réflexions comme pour Roland du blog Lorand.org (Les sources en généalogie, publié le 17 avril 2012)

 

N’hésitez pas à faire de la zone « commentaires » un espace d’échanges !

 

 

 

(1) Larousse, dictionnaire en ligne, définition du mot « source », page consultée le 18 avril 2012 à l’adresse  http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/source/73725

(2) Wikipedia, encyclopédie en ligne, définition de la « source (information) », article consulté le 18 avril 2012 à l’adresse  http://fr.wikipedia.org/wiki/Source_(information)

auteur frankenzan – Flickr – licence Creative Commons