Evernote et généalogie : une relation qui évolue

Une bonne organisation est une organisation qui évolue avec vous. Ni trop rigide pour vous empêcher d’avancer, ni trop souple pour vous faire perdre votre temps. Evernote fait partie de mon organisation depuis longtemps. Avec le temps, mon rapport à Evernote a évolué. Découvrez comment je l’utilise aujourd’hui.

 

Depuis 2011, je vous parle d’Evernote, et vous encourage à l’utiliser dans votre organisation généalogique. Ensemble, nous avons fait des listes, nous sommes allés aux Archives, nous avons même interviewé les copains, bref, nous y avons organisé toute notre généalogie, du journal de bord à la ligne de vie.

En quatre ans, beaucoup de choses se sont passées. Ma pratique de la généalogie a évolué, les logiciels nous ont proposé de plus en plus d’options. Quel est l’intérêt de continuer à faire les lignes de vie quand Heredis me la propose, ou à saisir toutes les transcriptions alors que mon logiciel (Heredis, encore lui) affiche la transcription, que j’aurais saisie dans le fichier média, d’un simple survol de souris sur l’image ?

 

Evernote a-t-il encore un intérêt pour le généalogiste ?

 

Je continue de me servir d’Evernote pour les lignes de vie, lorsque cela est nécessaire. En effet, l’affichage de la ligne de vie dans Heredis ne me convient pas. Je ne la trouve pas assez claire. Je préfère l’affichage simple d’un tableau dans Evernote.

Je continue également de m’en servir comme journal de bord lorsqu’un ancêtre récalcitrant me pose problème. J’ai essayé de saisir mon journal dans la zone Recherches de Heredis, mais la fonction traitement de texte ne me convient pas. Je préfère avoir mes informations sous forme de tableau. Si Heredis me permet un jour de créer un simple tableau comme Evernote, il va de soi que je favoriserais celui-ci. Mon idéal étant d’avoir un logiciel qui soit le point d’entrée unique de toutes mes recherches. Mais il s’agit là d’un autre sujet.

Ces deux utilisations sont néanmoins devenues secondaires par rapport à la première utilisation que je fais aujourd’hui d’Evernote.

 

blog_20151105_evernote-boite-outils

 

Ma boîte à outils généalogiques.

Plus de deux cents blogs de généalogie, Gallica qui s’enrichit chaque jour, Twitter, Facebook, Archives en ligne …. Nous avons accès à une information généalogique et historique de plus en plus riche. Comment se souvenir de tout ce que nous avons trouvé ? Comment ne pas perdre cette pépite dénichée au bout de deux heures de recherches sur Gallica ? Comment la retrouver parmi tous les liens sauvegardés ?

Evernote vient à mon secours. J’y envoie tout ce que je trouve. Il me suffit de lancer une recherche dans l’application pour retrouver facilement cette pépite.

Découvrez comment je construis ma boîte à outils dans Evernote sur le blog GeneaTech.

Je me sers également d’Evernote pour sauvegarder les sommaires des magazines de généalogie. Fut un temps où je scannais les articles qui m’intéressaient, puis je jetais le magazine. Sauf que… sauf que la loi de Murphy passant par là, vous pouvez être sûr que quelques semaines après, j’avais besoin de relire le seul article que je n’avais pas sauvegardé… J’ai donc changé mon fusil d’épaule. Je garde les magazines (je réfléchirai au problème de place un autre jour…), et je scanne les sommaires. Evernote recherchant également dans les images, une recherche sur « cimetières parisiens » affichera les notes sauvegardées sur le sujet, mais aussi le scan du sommaire du numéro 208 de la Revue française de Généalogie, qui avait consacré un dossier sur les archives des cimetières parisiens.

Dans cet esprit, je dois encore y enregistrer ma bibliothèque généalogique, et classer virtuellement ma bibliothèque comme le conseil Thomas. Je prévois de créer un carnet Bibliothèque, de créer une note par livre. Je prendrais la couverture, le résumé et le sommaire en photo. De quoi enrichir ma boîte à outils, et de faciliter la recherche d’un sujet.

 

Et mon organisation ?

Evernote ne correspond plus à mon organisation quotidienne. Pourquoi ? Comment suis-je passée sur un autre outil ? Est-il utile au généalogiste ? Rendez-vous le mois prochain 😉