Par moment, j’ai un peu le sentiment d’être comme une maîtresse d’école. Je passe du temps sur des dossiers, avec des personnes que je forme à la généalogie, et vient le jour où, ils prennent leur envol, je n’ai plus de nouvelles. Puis, il y a ce jour où, j’ai des nouvelles de mes anciens élèves…

Mardi 4 octobre, 14 heures. J’ouvre ma messagerie électronique : demande de devis, préparation d’une table ronde à caler, confirmation de rendez-vous, et ce message au titre hautement évocateur pour la généalogiste que je suis : « Je sais d’où je viens… »

Sur l’instant, j’ai pensé à une présentation d’un nouveau service, ou d’un livre rédigé par une personne ayant réalisé des recherches généalogiques. Je me trompais.

En plus des dossiers de recherche que me confient des clients, je forme aussi des généalogistes, débutants ou non. Initiation à la généalogie, organisation, découverte des archives, j’essaye de faire découvrir à mes élèves, le panorama d’une recherche généalogique.

Il y a deux ans, j’ai animé un stage de trois jours, en collaboration avec la Revue Française de Généalogie. Trois jours passionnants, d’échanges, de découvertes. Trois jours enrichissants tant sur le plan de l’enseignement, que sur le plan humain.

 

Des nouvelles du passé

 

Lorsque j’aborde une nouvelle formation, je me fais un point d’honneur d’être honnête. Je ne décris pas la recherche généalogique comme étant rapide, facile, évoluant dans un monde de bisounours. Je précise toujours que, bien que la recherche soit passionnante, elle peut aussi être frustrante, qu’il faut savoir être patient, prendre du recul. Si vous voulez tout, tout de suite, ce n’est pas la peine de commencer. Au moins, mes élèves sont prévenus !

Il y a deux ans, Martine était prévenue. Mais elle s’est accrochée. Et aujourd’hui, elle peut m’écrire :

J’ai suivi ta formation voilà à peu près 2 ans. Dès mon retour, j’ai appliqué tes conseils pour la recherche de mon arrière-grand-mère paternelle (je ne possédais, en tout et pour tout, que son carnet de nourrice…)… Je viens de retrouver sa trace : 2 ans de recherches….. Mais ça y est, je sais d’où je viens !!!!!!! Et je vais maintenant pouvoir remonter l’arbre généalogique…..Un grand merci pour toutes tes explications, tes exemples, tes conseils.

 J’ai relu plusieurs fois son message. Je suis heureuse pour elle, car savoir d’où l’on vient est important, et émue d’avoir pu l’aider à mon humble niveau.

Si vous vous interrogiez encore sur l’intérêt à faire appel à un(e) professionnel(le), à suivre une formation, relisez le message de Martine. Partir avec de bonnes bases, être accompagné, tout au long, ou pendant un moment, du processus, vous aidera à avancer, et à découvrir d’où vous venez.

 

N’hésitez plus à vous lancer dans l’aventure de la généalogie. Partez à la découverte de votre histoire familiale !