Généalogie : le Prix à Payer

Dans deux récents articles (1), Stéphane Cosson réagit à une publication de Guillaume de Morant (2) sur la tarification des prestations généalogiques. Selon Guillaume, certains généalogistes professionnels proposent des tarifs à 18€ de l’heure. Est-ce raisonnable ? Est-ce économiquement viable ? La qualité de service est-elle au rendez-vous ? Si vous avez répondu non à au moins 2 de ces questions alors, selon vous, quel est le prix à payer ?

 

Je suis généalogiste professionnelle. J’ai débuté mon activité cette année et la question du tarif fut et est encore ma première considération.

Je connais mes compétences, je connais ma valeur, et je sais que si mes compétences ne sont pas rémunérées à leur juste valeur, alors elles se déprécient.

Comment estimer cette valeur ? Stéphane Cosson propose la mise en place d’une grille de compétences qui permettrait de fixer des tarifs équitables pour tous, à savoir le professionnel et son client. Sur une base de départ, viendraient se greffer une « sur-facturation » selon les connaissances du généalogiste.

Sur le fond, je trouve l’idée intéressante. Ne faisons-nous pas de même lorsque nous allons consulter un spécialiste ? N’acceptons-nous pas de payer une voiture plus chère pour avoir un maximum d’options ?

Sur la forme, je suis moins favorable à cette grille. Pourquoi ? Pour reprendre le premier exemple, ce n’est pas parce qu’un spécialiste vous facture 800€ (3) la consultation, qu’il vous soignera mieux. De même ce n’est pas parce que vous aurez choisi d’avoir toutes les options possibles et imaginables sur votre voiture et, en conséquence de la payer beaucoup plus chère, que vous allez vous servir réellement de toutes les possibilités offertes.

Stéphane est un généalogiste professionnel expérimenté et diplômé.

Selon la grille qu’il propose, je ne cocherai que trois des sept compétences. Par contre, je pourrai en ajouter au moins deux autres. Cela fait-il de moi un moins bon généalogiste que celui qui peut répondre à quatre voire sept des compétences demandées ? Je ne le pense pas.

En outre, sur l’une des trois compétences, je suis débutante. Le tarif serait le même que pour un généalogiste ayant plus d’expérience dans le même domaine ? Faut-il, au sein de ces compétences instaurer une notion d’expérience ? Cela complique l’exercice.

Je fais partie de ceux, malheureusement trop rares en France, qui sont persuadés que le diplôme ne fait pas la personne. Pourquoi couper l’herbe sous le pied en mettant systématiquement les gens dans des cases ? Pourquoi freiner l’envie d’entreprendre ?

Il ne faut pas seulement prendre en compte les compétences, il faut aussi considérer la volonté de réussir et le sens du contact humain, car ne sommes-nous pas dans un métier relationnel ?

Ces compétences ne se chiffrent pas. La différence viendra du client, qui fera son choix selon les échos qu’il aura eu et son propre ressentiment.

En conclusion, si je suis pour la mise en place d’un tarif minimum, la grille tarifaire ne me semble pas être LA réponse. Trop de facteurs, pas toujours chiffrables, entrent en compte.

Qu’en pensez-vous ? Quel serait le prix à payer ?

(1) Stéphane Cosson, Généalogie Blog, « Tarifs et grille de compétences », publié le 29 septembre 2012 à l’adresse http://www.genealogieblog.com/2012/09/tarif-et-grille-de-comp%C3%A9tences.html & « Question de budget », publié le 9 septembre 2012 à l’adresse http://www.genealogieblog.com/2012/09/question-de-budget.html

(2) Guillaume de Morant, « Recherche généalogiste professionnel », La Revue Française de Généalogie, numéro 201, août-septembre 2011, page 11

(3) Michel Cymès, Allô Docteurs, « Je vous dois combien, docteur ? », publié le 2 octobre 2012 à l’adresse http://www.allodocteurs.fr/actualite-sante-je-vous-dois-combien-docteur–8304.asp?1=1

photo credit: I Am Not I via photopin cc