Le contexte de la recherche en généalogie

A l’occasion de la lecture d’un mémoire, le blog québécois Le Chercheur Nomade s’interroge sur le contexte de la recherche généalogique en France.

 

Il apparaît que, pour un québécois, la recherche de ses origines françaises se complique lorsqu’il aborde le territoire français.

Les raisons peuvent être historiques comme l’absence ou la rareté des documents originaux en raison de conflits (guerre, révolution…), d’incendies…; un manque de centralisation des archives et/ou des documents de recherches; l’éloignement (toutes les archives n’étant pas en ligne) et enfin, la paléographie.

Ces lacunes amèneraient le chercheur québécois, et français ?, à combler les « trous » par des faits historiques.

 

Habituée que je suis à fureter sur le Net, je pensais être satisfaite de ce que j’y trouvais, mais la lecture de cet article m’a fait réaliser que nous pourrions avoir beaucoup mieux.

 

Par curiosité, j’ai fait une simple recherche Google : archives québec.

Le site de la Bibliothèque et Archives Nationales du Québec recense de nombreuses sources (146) dont un lien vers le site Branchés sur notre histoire qui s’inscrit dans la volonté de diffuser et de faire connaître au public des archives jusqu’à maintenant inédites sur l’histoire du Québec et du Canada en utilisant les technologies. 

1 million d’images y sont disponibles réparties en 12 thèmes.

Puis j’ai recherché : généalogie québec.

Le premier lien est celui du site de Généalogie du Québec et de l’Acadie. La mission de Généalogie du Québec est de permettre à toute personne ayant des racines au Québec, de les inscrire dans sa page familiale et d’y avoir accès en tout temps, gratuitement. Ainsi, tous ensemble, réaliserons nous des milliers d’arbres familiaux accessibles, peu importe la lignée suivie, (nous ferons les liens) jusqu’à nos ancêtres respectifs.

Un outil de recherche simple et performant vous permet d’afficher en ligne une généalogie :

 

Enfin j’ai fait les mêmes recherches avec « archives france » et « généalogie france ».

La première recherche m’amène sur le site des Archives Nationales d’où je rebondis sur le portail France Généalogie.Ce portail a le mérite d’exister mais la moindre recherche nécessite d’aller de lien en lien.

La seconde recherche affiche majoritairement dans la première page Google des sites payants; aucun lien amenant vers les archives départementales.

 

Je comprends maintenant qu’un québécois puisse être perdu.

 

Pourquoi une telle différence ?

– Québec est « jeune » et les archives sont moins nombreuses.

– Nous sommes attachés à nos régions, une centralisation des archives est-elle souhaitable et faisable ?

– Bien que la notion de centralisation des sources et données généalogiques soit régulièrement abordée, chacun semble vouloir conserver son bien.

 

Pour conclure, quel beau rêve que celui d’un site généalogique, sorte de méga moteur de recherche, qui à partir d’un mot clé, nous orienterait vers les sites d’archives ayant cette occurrence ou encore les arbres en ligne.