L’épine généalogique

Qu’est-ce qu’une épine généalogique ? Elle est comme l’épine du pied, elle nous gêne, nous tarabuste. Mon épine actuelle s’appelle Antoine BOUDAREL, sosa numéro 32.

J’ai beau chercher, je ne trouve ni sa date de décès, ni le lieu.

D’après l’acte de naissance et de mariage de son dernier enfant, j’ai pu déterminer qu’il était décédé entre 1891 et 1922.

Le décès n’a pas eu lieu dans sa commune de naissance qui fut aussi sa commune de résidence durant toute sa vie, Saint-Romain-Lachalm en Haute-Loire, ni à Marlhes, dans la Loire, où ses deux filles habitaient et où a été célébré son premier mariage.

Grâce à la base Mémoire des Hommes, je sais qu’Antoine n’est pas mort au front pendant la Première Guerre mondiale.

 

Je n’ai pas encore recherché son registre matricule. Peut-être y trouverais-je sa dernière adresse ?

 

Si vous croisez mon Antoine au hasard de vos recherches, vous m’ôterez une belle épine généalogique !