Penser en dehors de la boîte

Nul doute que pendant vos recherches vous releviez et étudiez scrupuleusement tous les actes concernant votre ancêtre. Mais lorsque vous vous trouvez devant une énigme, ou comme j’aime à les appeler, une épine généalogique, savez-vous « penser en dehors de la boîte » (1) ?

 

Lorsqu’il manque une information, prenez par exemple le décès (date et/ou lieu), vous reprenez les actes concernant l’individu et vérifiez que n’avez rien oublié, telles les mentions

en marge sur l’acte de naissance

sur l’acte de décès de l’époux(se)

sur l’acte de décès des parents

sur l’acte de décès de(s) l’enfant(s)

sur l’acte de mariage de(s) l’enfant(s)

 

Malgré cela, votre ancêtre reste « caché ».

Avez-vous vérifié les mentions indirectes ? Ces petites informations auxquelles vous n’auriez pas songé mais qui peuvent vous mettre sur la piste.

Si votre ancêtre a eu un fils, celui-ci, selon la période, a fait l’objet d’un recensement militaire (depuis 1875).

Sur le registre matricule sont indiqués les noms – prénoms des parents, date de décès le cas échéant, la domiciliation.

Vous ne trouvez pas votre ancêtre dans son canton d’origine, peut-être est-il parti habiter le canton d’origine de sa femme.

Vous l’avez cherché dans son village, au hameau où habitaient ses parents, pensant qu’il avait repris la ferme familiale. Avez-vous pensé qu’il aurait pu reprendre la ferme de ses beaux-parents ?

 

Pensez également à vérifier les actes de ses parents proches. Etait-il présent au mariage de sa sœur ? Est-il mentionné comme témoin sur le contrat de mariage ?

 

Enfin, pensez à tourner les pages des registres, votre ancêtre pourrait ré-apparaître au détour d’une mention (témoin d’un mariage, parrain, ….)

 

Autant de petits cailloux semés parmi les registres qui vous permettront de remonter jusqu’à lui.

 

(1) Référence au terme anglo-saxon « thinking outside the box » : penser différemment, selon une perspective nouvelle (Wikipedia)