Portraits de généablogueurs : Branchee Racines

« Faire le lien entre le passé et le présent : toucher un vieux registre du 16ème siècle, et partager le résultat de ses recherches sur Internet. C’est tout ça, la généalogie ! » Et quoi de mieux pour partager qu’un blog au nom évocateur des branches et des racines de nos arbres ?

challengeaz_berthoumieux-jeanne_icone

La Gazette accueille Jeanne Berthoumieux-Nussli, du blog Branchee racines.

 

  • Situation géographique : je vis à Toulouse, tout près des archives départementales ! Deux maisons de famille (la mienne et celle de mon mari) me permettent d’aller passer mes vacances en Ariège et dans le Gard, deux beaux départements dont les archives ne sont pas encore en ligne…
  • Secteurs géographiques des recherches : l’Ariège, la Haute-Garonne, le Lot, le Gard, le Tarn, et quelques recherches plus « exotiques » (pour moi !) en Alsace et en Suisse.
  • Matériel : un ordinateur portable, un appareil photo et un scanner pour la numérisation des photos de famille.
  • Réseaux sociaux : mon blog branchee-racines.over-blog.com , une page Facebook et un profil Google+ (que j’utilise uniquement pour suivre l’actualité de quelques amis) ; je suis également abonnée à plusieurs Yahoogroupes de généalogie ; Geneanet avec deux comptes : jbn et jnussli
  • Depuis quand ton blog est en ligne ? J’ai publié mon « Qui suis-je ? » le 7 mai 2014.
  • Pourquoi avoir ouvert un blog de généalogie ? Pour participer au challenge AZ.
  • Quels sujets abordes-tu sur le blog ? J’avoue que depuis le challenge du mois de juin, je suis partie « en vacances » (déconnectées) et que je n’ai publié depuis aucun article ! Il faut que je m’y remette… Sinon, pour le challenge, je n’avais pas de fil conducteur, je suis un peu partie à l’aventure, en rédigeant au jour le jour. 
  • Recherche généalogique, ou projet en cours : comme j’ai un peu tendance à « généalogiser » tous ceux que je rencontre, et que j’ai des amies qui vont avoir 50 ans l’an prochain (et oui, les filles, ce n’est plus un secret !), j’ai commencé quelques arbres que je compte offrir ; je ne désespère pas trouver des cousinages.

 

 

Quels sont les logiciels, apps, outils que tu utilises pour tes recherches ?

Heredis (depuis des années), La France à la loupe (pour la recherche des toponymes), Transcript (pour afficher une photo d’acte et en faire simultanément la transcription), Excel (pour mes relevés), Photoshop Elements

 

A quoi ressemble ton bureau ? 

 

Quel est ton outil préféré pour organiser tes recherches ? 

Je gratte d’abord beaucoup de papier, feuilles volantes blanches. Elles terminent dans des classeurs, pochettes classées par lieux. Je consigne ensuite toutes les données dans des fichiers de relevés sous Excel, qui me permettent avec les fonctions de recherche et de tri, de retrouver un nom, un lieu. J’utilise aussi la fonction « Acte à rechercher » d’Hérédis, avec laquelle je génère une liste de mes recherches par lieu, afin de me rendre dans une mairie, ou dans un dépôt d’archives avec une « feuille de route » !

 

Quel est ton site préféré pour ton histoire familiale ? 

Mes recherches m’amènent souvent à me promener (voire à me perdre !) dans les bibliothèques numérisées accessibles en ligne. Sur books.google.fr ou archive.org (je me débrouille mal avec Gallica !), je consulte des bulletins de « sociétés savantes », des armoriaux, des livres d’histoire locale, et je suis toujours agréablement surprise de pouvoir consulter ces livres (en français), qui sont dans des bibliothèques à Vienne, au Canada, ou dans de prestigieuses universités américaines.

 

Un rêve généalogique ?

M’installer en tant que « généalogiste familial professionnel ».

 

Quel est le projet généalogique que tu comptes réaliser d’ici un an ?

Mon rêve ci-dessus ?

 

As-tu une astuce / un conseil à partager ? 

La généalogie n’est pas une « science exacte » mais il faut être le plus rigoureux possible :

– ne pas foncer bille-en-tête pour « remonter » le plus vite possible, noter les collatéraux, témoins, parrains…

– faire beaucoup de relevés systématiques (ils serviront plus tard, ou à d’autres)

– noter les sources

– avoir toujours une « case-généalogie » en veille dans un coin de la tête, un déclic prêt à se faire : ‘ce nom me dit quelque chose »…

– si on « emprunte », vérifier, et remercier !

– partager…