Portraits de généablogueurs : D’Aïeux et d’Ailleurs

Deux casquettes, archiviste et généalogiste, deux blogs, deux comptes Twitter, c’est une femme pluri-disciplinaire qui nous fait souvent voyager grâce à ses aïeux qui sont d’ailleurs.

 

La Gazette des ancêtres accueille Maïwenn Bourdic.

 

  • Situation géographique : après une quinzaine d’années dans l’Ouest breton, voici que je m’apprête à monter à la capitale… 
  • Secteurs géographiques des recherches : côté paternel : un gros morceau dans les 5 départements bretons… mais en remontant ces branches bretonnes, j’ai trouvé des individus originaires du Cantal, de Normandie et des Vosges.
    Côté maternel : un bon morceau en Sologne (Loir-et-Cher), qui déborde sur les départements voisins, une branche ch’ti (Artois) – mon arrière-grand-mère, une souche parisienne au moins jusqu’en 1820 (le casse-tête), des limousins, des auvergnats, et probablement une ramification picarde à établir. Bref plus d’une vingtaine de départements, qui devraient tous proposer et en 2014 tous devraient avoir l’état civil (plus ou moins intégralement) en ligne !  
  • Matériel : un ordinateur portable fidèle, un smartphone qui vieillit (mais supporte encore sans mal Twitter et l’appli Geneanet), et une tablette depuis peu pour la veille, le surf et les photos quand l’appareil n’est pas dans le sac.
  • Réseaux sociaux : un site en ligne sur www.daieux-et-dailleurs.fr avec une partie blog, les données généalogiques, des relevés, etc.Un compte Twitter @daieuxdailleurs pour la diffusion de la veille (veille qui alimente en partie également le Généafil (www.geneafil.fr)) et les échanges et autres coups de main.
    Une page Facebook, également pour la veille https://www.facebook.com/daieux.et.dailleurs
    Et pour finir un Tumblr daieuxetdailleurs.tumblr.com avec des brèves généalogiques et archivistiques, trop anecdotiques pour le site.  
  • Depuis quand ton blog est en ligne ? A en croire la généalogie de mon site, la première version remonte à 2007 sur la plateforme de blog Blogger. Comme l’arbre, il s’est étoffé, à changer de structure et de graphisme, a pris un .fr jusqu’à sa forme actuelle, sans doute loin d’être la dernière.  
  • Quels sujets abordes-tu sur le blog ? Un peu de méthodologie, notamment sur des sources méconnues, des trouvailles insolites et des articles plus ou moins complets sur des ancêtres plus particuliers. 
  • Recherches généalogiques, ou projet, en cours : par intermittence, je tâche de reprendre de manière systématique les témoins des actes… Dernièrement, je me suis également penchée sur une utilisation plus poussée de ma « médiathèque » d’actes et photos, avec l’utilisation des métadonnées (IPTC) ; je crois que j’en dirai plus d’ici quelques mois.

 

Quels sont les logiciels, apps, outils que tu utilises pour tes recherches ?

Après avoir utilisé Heredis et pesté pour la gestion des sources, je l’ai définitivement abandonné depuis 2010 pour le logiciel OhmiGene. J’apprécie son respect du Gedcom, ses états et listes de recherches assez souples et très variés… et l’humour de son développeur.

Mes données sont également en ligne sur Geneanet (gw.geneanet.org/maiwennb) et sur mon site grâce à la super extension Joaktree qui me permet de relier articles et arbre généalogique.

 

A quoi ressemble ton bureau ?

 

Quel est ton outil préféré pour organiser tes recherches ? 

J’ai quelque peu utilisé Evernote, en guise de brouillon d’article pour le site ou de pense-bête avant d’aller aux archives… Mais finalement, quel que soit le terminal utilisé, je ne reste vraiment fidèle qu’aux mails enregistrés en mode brouillon ou envoyés à moi-même.

J’ai un pseudo carnet de recherche sur TreePad (logiciel conseillé par Mistike) que je tiens relativement consciencieusement depuis 4 ou 5 ans ; les relevés sur mon site en sont issus.

 

Quel est ton site préféré pour ton histoire familiale ?

Pour ne pas faire très original… Gallica, que j’utilise aussi bien à titre historique, généalogique ou archivistique depuis 2004. Ses publications savantes (portail), sa presse ancienne, ses trésors (les combattants de l’indépendance américaine) et son icono pour illustrer les articles.

Et grâce au portrait consacré à Frédéric Planchard, je suis tombée dans la marmite Delcampe et … je ne vais pas dévoiler tout de suite mon Challenge de A à Z tout de même !

 

Un rêve généalogique ?

S’il ne fallait en garder que deux  :

– trouver la tête d’Onésime

– débloquer deux épines généalogiques parisiennes : mon bourgeois de Paris François de Lespine et le couple Benjamin Esnée x Marie Antoinette Monchaux.

 

Quel est le projet généalogique que tu comptes réaliser d’ici un an ?

Mon déménagement à Paris risque d’être propice aux recherches parisiennes, notamment la découverte du SHD Vincennes (je suis allée plusieurs fois me régaler des archives du SHD de Lorient), approfondir quelques trucs aux Archives de Paris où j’ai fait mes premières armes il y a 7 ans, et participer aux Conviviales des généabloggeurs !

 

As-tu une astuce / un conseil à partager ?

Ne pas hésitez à pousser la porte d’un service d’archives et se laisser emporter par la sérendipité des archives…