Portraits de généablogueurs : De la terre vers la mer

« De la terre vers la mer », avec un tel nom il est normal qu’à l’occasion du challengeAZ nous ayons voyagé d’Arles aux Seychelles en passant par l’Argentine. Aujourd’hui nous nous arrêtons dans le Tarn-et-Garonne.

Aujourd’hui, nous découvrons le bureau de Selma Cayol, du blog si bien nommé, De La Terre vers la mer.

  • Situation géographique : Nous venons de Marseille d’où la famille de mon mari est originaire et à présent depuis bientôt 4 ans nous habitons dans le Tarn-et-Garonne à Nègrepelisse.
  • Secteur géographique des recherches : Le sud de la France, de Bayonne à l’Italie en passant par la Corse, pour mon mari. Le nord, la Belgique l’Allemagne pour mon arbre personnel.
  • Matériel : Ordinateurs (2 chacun !).
  • Réseaux sociaux : Je fais un peu de pub perso sur Facebook, et mes blogs sont connus sur les listes Yahoo ainsi que sur Geneanet, rien d’autre. J’ai 2 blogs généalogiques : le premier pour la généalogie de mon mari, De la terre vers la mer, le second pour mon histoire familiale personnelle et nos souvenirs d’enfance (nous sommes 5 frères et sœurs.), Le Passé au présent.
  • Depuis quand ton blog est en ligne ? De la terre vers la mer : 19 février 2011; Le passé au présent : avril 2013.
  • Quels sujets abordes-tu sur le blog ? Sur le 1er, développement des personnages principaux, illustrations quand on peut ! Anecdotes familiales, les parentés inattendues, la publication des mémoires des grands parents de mon mari. Sur le second : photos de famille (notre famille est très dispersée), souvenirs d’enfance, mini-bios sur certaines personnes de la famille, sur des lieux , des rues etc… Ce blog est récent pas encore très fourni.
  • Recherche généalogique, ou projet, en cours : J’ai un peu abandonné mes recherches personnelles car née dans le nord avec des ancêtres flamands, ça devient difficile et peu de ressources compréhensibles en ligne (je ne parle pas le flamand), je me suis donc investie à fond sur celle de mon mari, provençal grand teint ! Nous avons en juin 2012 entrepris de relever tous les Cayol, Caillol, Cailhol, etc. de Provence afin de les relier entre eux et de prouver qu’ils descendent tous d’une seule et même personne vivant au 15e siècle. C’est extrêmement intéressant et au passage dans la lecture des registres on y rencontre parfois de « drôles de choses » amusantes, tristes ou plus souvent dramatiques, crimes , infanticides etc.

 

Quels sont les logiciels, apps, outils que tu utilises pour tes recherches ?

Excel pour les listes (travail de mon mari, car je déteste faire des « listes » !), Word pour mettre en forme les textes. Un outil de capture pour « voler » des images ! et surtout « Ancestrologie » auquel je suis fidèle depuis plus de 10 ans !

 

A quoi ressemble ton bureau ?

 

 

Quel est ton outil préféré pour organiser tes recherches ?

J’ai des cahiers et des carnets de « relevés » assez bien classés, et toujours mon Ancestrologie. Je ne pense pas qu’il faille plein de « trucs ».

 

 

Quel est ton site préféré pour ton histoire familiale ?

Je me sers pas mal de Gallica pour les histoires de villages et autres écrits anciens. Des bases Leonore et autres.

Mais surtout des écrits familiaux et des photos (j’en possède énormément). Enfin, nous possédons une grande bibliothèque bien pourvue de livres historiques et généalogiques, de livres de mémoires et de biographies.

 

Un rêve généalogique ?

Si nous pouvions relier toutes les familles Cayol que je reconstitue patiemment à la première personne notre rêve serait atteint !!!!

 

Quel est le projet généalogique que tu comptes réaliser d’ici un an ?

En plus du « rêve suprême » cité plus haut, commencer à écrire la biographie de l’arrière- grand-père de mon mari qui fut capitaine au long cours fin 19e et début 20e siècle. Et enfin, saisir sur blog le début de l’histoire de ma Marguerite, histoire totalement fictive cela va de soi !

 

As-tu une astuce / un conseil à partager ?

Un conseil tout bête, ne jamais se fier aux « arbres des autres » même s’ils vous paraissent parfaits, toujours vérifier et toujours lire les registres dans leur intégralité, je sais c’est long et ardu, mais à bien y réfléchir cela vous fera gagner un temps fou pour la suite, et l’imprégnation de la vie du village est plus forte, les alliances, les « mésalliances » et même les crimes !