Portraits de généablogueurs : Le Grenier de nos Ancêtres

Avec des ancêtres originaires de la Maurienne à l’Algérie, en passant par les Pyrénées-Atlantiques, les Hautes-Pyrénées, les Hautes-Alpes, l’Amérique, l’Espagne, la Suisse, l’Allemagne… Il est évident qu’un alphabet ne suffit pas…

 chaix-guillaume_portrait

La Gazette reçoit Guillaume Chaix, du blog Le Grenier de nos Ancêtres.


  • Situation géographique : Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie).
  • Secteurs géographiques des recherches : ce que je considère comme étant une chance : du côté de mon père, mes recherches s’effectuent essentiellement en Savoie, particulièrement sur la commune de Saint-Sorlind’Arves ; et du côté de ma mère, elles ont démarré en Algérie coloniale (grâce aux Archives Nationales d’Outre-Mer) et continuent désormais un peu partout en France (avec néanmoins une prépondérance dans le Sud de la France, des Hautes-Pyrénées jusqu’aux Hautes-Alpes en passant par la Lozère, le Gard et l’Hérault) et en Europe puisque j’ai des ancêtres maternels originaires d’Espagne, d’Allemagne et aussi de Suisse !
  • Matériel : principalement mon ordinateur de bureau. Cela étant, il m’arrive très régulièrement de travailler numériquement accompagné d’une feuille et d’un stylo : parfois, écrire mes recherches de manière manuscrite ou suivre mes recherches de cette manière me permet d’y voir plus clair.
  • Réseaux sociaux :  un blog, Le Grenier de nos Ancêtres, et un compte Twitter (@grenierancetres). Depuis quelques mois, j’y suis malheureusement peu actif faute de temps. 
  • Depuis quand ton blog est en ligne ? Depuis fin mai 2014, grâce au Challenge AZ justement ! Cela faisait quelques mois que l’idée de créer un blog me travaillait, et c’est en découvrant le Challenge AZ que j’ai eu le déclic. Depuis, je n’ai malheureusement rien publié de significatif, ce qui ne veut pas dire que j’ai cessé mes recherches bien au contraire : j’ai beaucoup avancé depuis cet été. Encore faut-il que je trouve le temps d’écrire mes recherches sous forme d’articles et les publier !
  • Pourquoi avoir ouvert un blog de généalogie ? Le désir de partager mes recherches d’abord ! Contrairement à l’idée reçue, la généalogie n’est pas une pratique si solitaire. S’il est vrai que la numérisation progressive des archives fait que le généalogiste est de plus en plus amené à travailler de chez lui – il serait absurde de s’en plaindre ! – il n’en reste pas moins que le contact avec les archives, la rencontre avec d’éventuels cousin-e-s éloigné-e-s et la mise en commun des recherches avec d’autres généalogistes sont essentiels à la pratique généalogique. En d’autres termes, allier avantages du numérique et pratique d’une généalogie « sur le terrain ». Loin de tout manichéisme, je considère que les deux approches sont complémentaires et même essentielles. 
  • Quels sujets abordes-tu sur le blog ? J’essaye de raconter l’histoire de mes ancêtres, ou plutôt devrais-je dire les histoires de mes ancêtres à travers leurs vies. Les sujets sont donc à leur image : divers, variés, parfois anecdotiques, parfois émouvants. Cela va du grand oncle parti en Californie dans les années 1850 à l’aïeul dont on soupçonne le suicide. Cela va du grand amour déçu aux secrets de famille qu’on déterre. 
  • Recherche généalogique ou projet en cours ? Il est vrai que je trouve peu de temps à consacrer à la mise à jour de mon blog. Ceci est aussi imputable au fait que je réfléchis à l’écriture d’un livre sur un de mes arrière-grand oncle, Etienne Brunet, parti en Californie à la fin des années 1850 d’une petite commune montagnarde qui s’appelle Saint-Sorlin-d’Arves. Son histoire me fascine, sa trajectoire est complètement atypique, à la fois remplie de courage et d’une forme de désespoir. J’ai retrouvé des lettres de lui, reçues par sa famille restée à Saint-Sorlin, seuls témoignages de son existence. Après des heures et des heures de recherches, j’ai enfin réussi à mettre la main sur la mention de son décès, sur un journal local californien… En tombant dessus, j’ai vraiment eu le sentiment d’avoir découvert un trésor. D’après ce petit article, il serait mort dans une mine, non loin de la commune de La Grange, en 1879. Ce qui est aussi très intéressant, c’est que son petit frère, engagé en 1870 dans la guerre contre la Prusse, va le rejoindre en 1874 et il décèdera à La Grange en 1891. L’histoire de ces frères, qui n’ont laissé après eux a priori aucune descendance est juste extraordinaire. Bien sûr, à côté de ce gros projet, je continue mes recherches des deux côtés de mon ascendance, étoffant toujours plus mon arbre, lequel devient désormais assez conséquent.
 
 
Quels sont les logiciels, apps, outils que tu utilises pour tes recherches ?
 
Je travaille sur Hérédis 14. A côté de cet outil de saisie, je publie mon arbre sur Généanet, et m’arme régulièrement dans mes recherches d’une calculatrice, d’une feuille et d’un stylo !
 
 
A quoi ressemble ton bureau ? 
 
 
 
Cela dépend des périodes. Un foutoir sans nom ou un bordel organisé, c’est selon ! Plus sérieusement, malgré les apparences, je sais exactement où chaque chose se trouve et suis assez rigoureux dans la disposition de mes archives, photos et autres documents généalogiques.
 
 
Quel est ton outil préféré pour organiser tes recherches ? 
 
Une feuille et un stylo ! Je parlais de l’alliance entre numérique et pratique sur le terrain, je suis également dans l’alliance de l’écriture électronique et manuscrite.
 
 
Quel est ton site préféré pour ton histoire familiale ? 

 

 
Gallica est une vraie mine d’or et une référence incontournable sur laquelle j’ai pu découvrir des documents concernant mon histoire familiale très intéressants. Je citerai aussi le CDNC, le California Digital Newspaper Collection qui donne accès à presque toute la presse californienne publiée en gros des années 1850 à nos jours… Autant dire qu’ayant deux aïeux partis dans cette région du monde, je visite ce site très souvent. Autre site aussi très riche : http://chtimiste.com/ qui recense les historiques des différents régiments de la Première guerre mondiale. Pour tous celles et ceux qui ont un Poilu dans leur généalogie, ce site peut vraiment être utile.
 
 
Un rêve généalogique ?

 

 
Remonter mon ascendance d’encore 10, 15, 20 générations ? Découvrir toujours plus la vie de mes ancêtres. Mener à bien mon projet de livre. C’est la force de la généalogie me semble-t-il : il n’y a pas de fin. Il y a toujours de quoi faire, de quoi rechercher. Mon rêve c’est finalement de rester en quête, à la recherche de mes ancêtres !
 
 
Quel est le projet généalogique que tu comptes réaliser d’ici un an ?
 
Mettre à jour et refonder même mon blog. Le rendre plus lisible. Et avancer de manière significative dans l’écriture de mon livre ! 
 
 
As-tu une astuce / un conseil à partager ?
 
S’entêter et revenir chercher là où on pense avoir déjà cherché. 
Patience et ténacité, ce sont les deux outils majeurs du généalogiste !