Portraits de généablogueurs : Lorraine et au-delà

Sans le savoir, alors qu’elle terminait ses études en histoire et se préparait à devenir archiviste, la généalogie s’est invitée dans son univers. Quelques années plus tard, elle ouvre son blog pour nous parler  du lien indéfectible entre la généalogie et les archives.

challengeAZ_heiser-sandrine_portrait

 

La Gazette accueille aujourd’hui Sandrine Heiser, du blog Lorraine et au-delà.

 

  • Situation géographique : comme beaucoup de Parisiens, j’ai rejoint la capitale pour raison professionnelle. Depuis près de 13 ans, je suis installée à Paris, dans le quartier chinois. Il y a huit ans, nous avons eu un coup de cœur pour Ingrandes, évoqué dans L comme Loire, où nous allons nous ressourcer le plus souvent possible.
  • Secteurs géographiques des recherches : le titre de mon blog « Lorraine et au-delà » en délimite (ou non) le cadre géographique… qui puise son origine dans le département de la Moselle… et qui m’a emmenée [virtuellement au moins] jusqu’à Pirae (T comme Tahiti), en passant par l’Alsace (W comme Weiss), l’Yonne (E comme Épaminondaset Y comme Yonne), la Manche (G comme Gervais) et l’Afrique du Nord (O comme Oran… où une partie de ma famille maternelle s’est installée au XIXesiècle ; et en Tunisie, au début du XXesiècle, ou l’on perd la trace des parents de Jeanne Gervais).
  • Matériel : je dispose d’un matériel très basique : une unité centrale pour saisir mes données, un netbook sur lequel se trouve un export au format html de mon arbre (U comme Ubuntu), une tablette et un smartphonepour les réseaux sociaux.
  • Depuis quand le blog est en ligne : le 31 mai 2014, lorsque j’ai lu le premier tweet se rapportant au #ChallengeAZ, j’ai créé mon blog sur un coup de tête (Z comme Zinzing) ! Je ne m’y étais pas du tout préparée et n’étais pas familière de la blogosphère… ce qui m’a finalement poussée à tenter l’expérience !
  • Pourquoi avoir ouvert un blog de généalogie ? J’ai eu la chance de pouvoir publier des articles et des ouvrages à caractère généalogique dans mon cadre professionnel… (V comme Vos ancêtres… ; j’y ai glissé ça et là des références à mon village d’origine…) Mais j’avais un certain nombre de sujets plus personnels que je n’avais jamais pu évoquer et pour lesquels je souhaitais laisser une trace. Lorraine et au-delàm’a permis de publier mes recherches familiales en rendant compte de mes préoccupations généalogiques…
  • Recherche généalogique, ou projet, en cours Au début de mes recherches généalogiques, j’ai accumulé rapidement des ancêtres jusqu’au début du XVIesiècle (K comme Kaas). Actuellement, je souhaite avancer très progressivement en approfondissant mes connaissances sur certains personnages. C’est le cas notamment avec Albert Daulier (D comme DAULIER Albert, mort pour la France), qui m’occupe depuis quelques temps déjà.

 

Quelles sont les logiciels, applications et outils que tu utilises pour tes recherches ?

Pour la fête des mères, mes filles m’ont offert il y a quelques années Le généalogiste 2008… cette version me suffit jusqu’à présent pour saisir mes données généalogiques que j’exporte régulièrement au format html. Je dispose également d’un compte privilège Geneanet mais je n’ai pas encore publié mon arbre en ligne… ça viendra !

 

À quoi ressemble ton bureau ?

 

 
 

Pas facile de trouver un espace de travail dédié à la généalogie… mais on s’adapte !

 

Quel est ton outil préféré pour organiser tes recherches ?

Papier et crayon : j’utilise un carnet qui me permet de consigner à la fois les témoignages de mes proches, les documents consultés et de pointer les archives qu’il me reste à voir.

 

Quel est ton site préféré pour ton histoire familiale ?

J’ai commencé mes recherches par les Bases Mériméesur le patrimoine architectural français et Léonore, bien connue des généalogistes. J’ai très souvent recours à Gallica… notamment pour les études se rapportant à mon village d’origine. On y trouve par exemple les revuessavantes par zones géographiques.

 

Un rêve généalogique ?

J’envisage depuis des années de consacrer une monographie à mon village, Betting, mais je ne parviens ni à trouver le temps ni à en faire une priorité…

 

Quel est le projet généalogique que tu comptes réaliser d’ici un an ?

Je projette d’écrire un ouvrage sur Porquerolles, incluant quelques portraits des « hommes de l’île ». Je m’intéresse notamment au soldat sculpteur… qui a réalisé le chemin de croix qui se trouve dans l’église. J’aimerais également lui consacrer un article dans la rubrique Généalogie de la Revue historique des armées.

 

As-tu une astuce / un conseil à partager ?

Un conseil : ne pas négliger les vivants, car la généalogie doit permettre la transmission et être source de partage. Poser le maximum de question à sa famille et à ses proches qui détiennent des informations généalogiques précieuses et uniques !