Portraits de généablogueurs : Scribavita

Il était une fois, un blog de généalogie créé après avoir lu le généathème, presque sur un coup de tête. Un design agréable et fait maison, des articles aux sujets variés, de quoi prouver, si cela était encore nécessaire, qu’il faut suivre ses envies.

La Gazette accueille Chantal, du blog Scribavita.

  • Situation géographique : originaire de Saint-Étienne, j’y ai vécu pendant quasiment 25 ans (hors quelques années pour mes études). J’habite maintenant depuis bientôt 15 ans dans la proche agglomération lyonnaise.  
  • Secteurs géographiques des recherches : j’ai la chance d’avoir des parents aux généalogies bien différentes, ce qui me permet d’aborder des aspects généalogiques variés. Du côté de mon père, mes ancêtres sont exclusivement originaires de la Loire. Issus d’une douzaine de villages situés dans un rayon de moins de 25 km autour de Saint-Christo-en-Jarez, la grande majorité d’entre eux travaillaient la terre. Du côté maternel, une partie est également originaire du sud de la Loire, une autre de l’Allier. Les autres branches se sont retrouvées à Paris, en provenance de la Côte-d’Or, la Seine-Maritime, la Manche, l’Indre-et-Loire, et d’autres lieux à trouver. La majorité de mes ancêtres maternels étaient ouvriers ou artisans en ville. A force de remonter les générations, ils « deviennent » majoritairement agriculteurs. Je fais aussi quelques recherches concernant ma belle-famille (pour le moment, Ain et Rhône, ces dernières me permettant de retrouver le plaisir des visites aux Archives avec ses registres palpables). 
  • Matériel : au quotidien, j’utilise un ordinateur de bureau avec sauvegarde des données sur un serveur local. Pour mes recherches aux Archives, j’emporte un mini-PC pour mettre à jour ma liste de choses à faire (suivi des registres consultés, note des principales infos trouvées), ainsi que mon smartphone pour prendre les actes en photo. 
  • Réseaux sociaux : mon blog, Scribavita. Je ne suis pas encore entrée dans l’ère des autres réseaux sociaux pour lesquels je ne possède aucun compte. Je rate sûrement plein de choses, mais je ne saurais pas où trouver le temps pour m’y intéresser correctement… 
  • Depuis quand ton blog est en ligne ? Mon blog est en ligne depuis février 2014, peu de temps après avoir découvert, par hasard, les Généathèmes. Cela a été le déclic pour partager ma généalogie jusqu’alors trop intimiste !Point de vue informatique, c’est mon conjoint qui s’occupe de tout. Aimant bien faire de la programmation, il a préféré faire un site à partir de rien plutôt que d’utiliser une plateforme. Il lui reste encore quelques fonctionnalités à programmer pour le rendre plus ergonomique. Pour la mise en ligne des articles, je rédige en langage Markdown, qui permet des mises en pages aisées. 
  • Pourquoi avoir ouvert un blog de généalogie ? J’ai créé mon blog un peu sur un coup de tête, sans avoir défini d’objectif précis de contenu…J’ai démarré mes recherches généalogiques alors âgée de 13-14 ans, et pendant une dizaine d’années, je n’ai pu travailler que sur mes branches ligériennes en me rendant aux Archives pendant les vacances d’été. J’ai ensuite rédigé un petit dossier sur mes ancêtres paternels les plus caractéristiques pour le distribuer à ma famille. Mais je restais sur ma faim concernant la majorité de mes branches maternelles. Après une pause d’une dizaine d’années, j’ai finalement repris mes recherches il n’y a que 3-4 ans, découvrant avec joie toutes les possibilités qu’offrait Internet pour des recherches sur des secteurs géographiques éloignés. Dans le même temps, j’ai été confrontée à l’interrogation de mes neveux, qui ne voyaient pas vraiment d’intérêt dans la généalogie et la quête (si ce n’est la « collection ») d’ancêtres. J’ai par ailleurs découvert sur Internet un monde généalogique très dynamique et sympathique. L’ensemble de tout cela m’a sans doute donné envie de partager mes nouvelles découvertes avec ma famille et de prendre part à cette communauté généalogique sur un mode ludique et interactif. 
  • Quels sujets abordes-tu sur le blog ? Je n’ai pas de ligne éditoriale directrice, mais je me laisse porter par tes propositions mensuelles très stimulantes, ainsi que par la lecture des autres blogs, mes découvertes et mes envies… Mais comme le nom de mon blog le suggère, je souhaite surtout écrire sur la vie de mes ancêtres et la vie des gens dont je croise les actes au cours de mes recherches. Je parle aussi de méthodologie généalogique, et de découvertes généalogiques diverses et variées. J’aime comprendre et expliquer, ce qui m’amène à faire un certain nombre de recherches « annexes » pour aller au fond des choses. Écrire mes articles (très / trop longs…) me prend du temps, mais cela me permet d’approfondir mes connaissances sur mes ancêtres. Je n’en publie pas souvent, hormis pour le challenge AZ qui a rempli mon blog mais qui m’a vidée :-)…. 
  • Recherche généalogique, ou projet, en cours : pour le moment, dénicher de nouveaux ancêtres n’est plus mon objectif premier, sauf pour les quelques branches dont je n’ai pas encore trouvé l’origine.Pour ceux que j’ai déjà identifiés, je préfère m’atteler à mieux comprendre qui ils étaient et comment ils ont vécu. Il faut que je les repasse un à un pour approfondir toutes les informations « faciles » à trouver et qui les feront revivre…Pour les seconds, j’aimerais plus particulièrement résoudre mon épine parisienne. C’est d’autant plus rageant d’être bloquée, que je connais précisément les dates et lieux de mariage et de décès (à Paris) de mon ancêtre dont j’ai du mal à comprendre le parcours, puisque ses enfants sont nés en Seine-Maritime et qu’ils ont vécu à Paris… Par ailleurs, j’aime bien la cartographie que j’ai pratiquée au cours de mes études et dans mon travail dans le domaine de la géologie. Je réfléchis à l’usage que je pourrais en faire en généalogie.

 

Quels sont les logiciels, apps, outils que tu utilises pour tes recherches ?

Convertie au monde libre par mon conjoint et travaillant sous Linux, mon choix de logiciels est plus limité mais pas de qualité moindre.

Pour mes bases de données généalogiques, je souhaite un logiciel respectant correctement la norme Gedcom. J’utilise actuellement Ancestris, mais s’il offre de nombreuses possibilités, j’ai un peu de mal avec son ergonomie notamment pour la saisie des données. Je teste OhmiGene pour savoir s’il me conviendrait davantage.

Sur mon Smartphone, j’ai l’application Calendar Converter Free qui convertit les dates républicaines, ça peut dépanner aux Archives [ndlr : application disponible pour smartphones sous Android. Pour les smartphones sous iOS, il existe Revol-di]

 

A quoi ressemble ton bureau ?

 
 
 

Je l’ai un peu rangé pour la photo…

 

Quel est ton outil préféré pour organiser tes recherches ?

J’utilise des tableaux sur Calc (équivalent d’Excel) ainsi que des notes sur les individus dans Ancestris. Je note aussi des petites choses sur des feuilles volantes que je range dans un dossier. Mais c’est loin d’être optimal, et il faut vraiment que je réfléchisse à la question, notamment en me tournant vers un système plus global tel qu’Evernote.

 

Quels sont tes sites préférés pour ton histoire familiale ?

Outre les grands classiques, j’utilise Persée, via son moteur de recherche ou même plus efficacement via Google. Ce site rassemble de nombreux articles de sciences humaines et sociales. Cela me permet d’apprendre plein de choses dans différents domaines pour contextualiser mes recherches.

Le Géoportail me permet de visualiser les cartes à différents niveaux d’échelle et de débusquer les lieux-dits.

J’utilise les services de l’entraide de FranceGenWeb et de son réseau de sympathiques bénévoles. Cela me permet d’accéder à des actes particuliers qui ne sont pas encore en ligne, mais cela implique d’en avoir des références assez précises.

 

Un rêve généalogique ?

Devenir généalogiste professionnelle.

 

Quel est le projet généalogique que tu comptes réaliser d’ici un an ?

Il y en a beaucoup, donc ça me prendra sûrement plus d’un an…

Analyser les 135 lettres échangées entre mon oncle et ma grand-mère pendant son service militaire et la guerre d’Algérie, notamment du point de vue de la gestion de leur ferme comme me l’a proposé ma tante.

Rédiger l’histoire de la maison de famille de mes beaux-parents, qui date d’avant les années 1700 et qu’ils ont récemment transformée en gîte.

 

As-tu une astuce / un conseil à partager ?

On a toujours très envie d’avancer et de trouver la réponse à son énigme le plus vite possible, mais quand on butte sur quelque chose, c’est inutile de s’entêter. Le mieux est de laisser reposer les choses et d’y revenir un peu plus tard. Prendre le temps de bien relire tous les actes et les informations qu’on possède (sans omettre les témoins et autres détails) peut débloquer une situation parfois très simplement. Sinon, le recul permettra d’avoir une nouvelle idée, ou de nouveau du courage, pour abattre des montagnes et arriver au bout de sa quête ! Ca fait des (centaines) d’années que nos ancêtres (nous) attendent, on peut attendre nous aussi encore un peu avant de les trouver !