Portraits de généablogueurs : Voyager avec mes ancêtres

Il vient de fêter le premier anniversaire de son blog en dressant son bilan du challenge AZ : « (…) grâce à ce challenge, j’ai pu retrouvé le vrai plaisir de compiler le résultat de mes recherches généalogiques et de le partager. » Rencontre avec un généablogueur qui fait voyager ses lecteurs. 

challengeaz_villecourt-benoit_blog

La Gazette accueille Benoît Villecourt.

  • Situation géographique : je vis dans la toute proche banlieue de Strasbourg, ville où je suis né, et où je suis revenu pour des raisons professionnelles après quelques années passées à Nancy et Dijon. 
  • Secteurs géographiques des recherches : du côté paternel, mes recherches sont localisées essentiellement dans le triangle infernal formé par la Saône-et-Loire, la Loire et le Rhône : en passant d’un village à l’autre, on passe souvent dans un autre département et donc dans un autre dépôt d’archives, ce qui ne facilitait pas les recherches avant la mise en ligne de l’État civil. Du côté maternel, c’est la Meurthe-et-Moselle, la Moselle, les Vosges et le Haut-Rhin, avec des migrations entre les départements à cause de la guerre de 1870. Les collatéraux m’ont fait voyager un peu vers l’Algérie et la Belgique. J’ai également commencé à travailler sur la généalogie de mon épouse, qui a des ancêtres en Lorraine aussi (Vosges et Meuse), dans le Tarn et le Tarn-et-Garonne, mais également en Algérie, en Italie et en Espagne : c’est un peu plus dépaysant …
  • Matériel : un ordinateur portable sous Windows 8.1 et un smartphone sous Android que j’utilise tout le temps, que ce soit pour accéder à mon arbre en ligne, pour suivre mes recherches ou pour éditer mes articles sur le blog. 
  • Réseaux sociaux :

mon blog actuel Voyager avec mes ancêtres ainsi que son ancêtre Villecourt-blog qui n’est plus mis à jour.

Twitter : @Bvillecourt, créé pour suivre les différents généablogueurs découverts lors du ChallengeAZ

Google+ : je m’y suis inscrit pour bénéficier de toutes les options de mon téléphone Android, mais je n’utilise que la partie Blogger pour la généalogie.

Facebook : j’y ai un compte que je n’utilise pas pour la généalogie, si ce n’est pour échanger avec les cousins Villecourt du Canada

  • Depuis quand ton blog est en ligne ? Mon blog vient de fêter son 1er anniversaire le 5 mars, et à cette occasion, j’ai enfin publié mon bilan du ChallengeAZ.
  • Quels sujets abordes-tu sur le blog ? Sur mon ancien blog, je partageais surtout mes découvertes concernant la généalogie Villecourt. Le nouveau ayant démarré avec le ChallengeAZ, je me suis laissé guider par l’alphabet et les thèmes ont été plus variés. J’évoque tantôt un ancêtre qui m’a donné du fil à retordre, un site Internet que je viens de découvrir, une particularité d’un acte de mariage, une notion générale de généalogie… Bref, un peu de tout, mais en essayant de faire voyager le lecteur comme mes ancêtres m’ont fait voyager.
  • Recherche généalogique, ou projet, en cours. Je ne fais pas beaucoup de généalogie en ce moment, mais comme je vais participer à nouveau au ChallengeAZ en juin prochain, je vais commencer à reprendre les articles que j’ai écrits l’an dernier pour approfondir les pistes que j’avais laissé en suspens.

 

Quels sont les logiciels, apps, outils que tu utilises pour tes recherches ?

Je gère mon arbre généalogique avec Heredis depuis plusieurs années et j’en suis plutôt satisfait, même si je n’utilise que rarement les fonctionnalités de recherche en ligne du logiciel.

Un grand regret cependant : grâce à la clé Geneo, je pouvais consulter et mettre à jour ma généalogie sur n’importe quel ordinateur et synchroniser mon fichier à mon retour à la maison. Ce n’est plus possible depuis la version 2013 et il n’existe pas encore d’application Android permettant de combler ce manque, alors qu’elle est disponible sous iOS. Du coup, je suis resté sur la version 12 en attendant ce développement que l’éditeur BSD promet depuis des mois.

Mon arbre étant publié sur Geneanet, j’utilise l’application Android qui existe depuis l’été dernier, ce qui me permet d’avoir toujours mon arbre avec moi, même quand je n’ai pas de connexion à Internet.

 

A quoi ressemble ton bureau ?

 
 
 

Je n’ai pas de bureau à proprement parler. J’utilise mon ordinateur portable essentiellement au salon. Mes dossiers papiers et ma documentation sont disséminés entre un meuble de la salle à manger, la chambre à coucher et une bibliothèque au 2ème étage.

 

Quel est ton outil préféré pour organiser tes recherches ?

Je ne suis pas le plus organisé des hommes, mais je me soigne 🙂 Pendant longtemps, j’avais toujours sur moi un cahier à spirale qui me servait de pense-bête et de journal de recherches. J’ai découvert Evernote et depuis je ne peux plus m’en passer : que ce soit sur mon ordinateur ou sur mon smartphone, j’ai toujours tout sous la main.

 

Quel est ton site préféré pour ton histoire familiale ?

Je ne m’étendrai pas sur les bases généralistes sur lesquelles je vais systématiquement jeter un œil quand j’entame une nouvelle branche. Pour ce qui concerne mes ancêtre bourguignons, je fais un usage intensif du site des archives de Saône-et Loire et de la base de données de La Géniale Généalogie du 71 (je connais bien l’association puisque j’en suis webmaster). Pour bien localiser les lieux où ont vécu mes ancêtres, j’utilise le site Locom.

 

Un rêve généalogique ?

Depuis des années, j’ai envie d’organiser une cousinade Villecourt. J’envisage de réunir les descendants de mon ancêtre Henry Villecourt, mort à Wagram en 1809. Le bicentenaire de la bataille aurait été une belle occasion, mais je n’ai pas eu le temps de le faire. J’espère que ce n’est que partie remise.

 

 

Quel est le projet généalogique que tu comptes réaliser d’ici un an ?

J’espère trouver le temps de trier et réorganiser mes archives. J’aimerai aussi numériser les cahiers de mémoires de mon arrière-grand-mère Nanie. Et aussi réussir à rédiger au moins un article par mois sur mon blog en dehors des périodes de challenge.

 

As-tu une astuce / un conseil à partager ?

En cas de blocage sur une recherche, il ne faut pas hésiter à tout remettre à plat : reprendre la totalité des informations des actes que l’on a déjà, vérifier si d’autres sources n’ont pas été mises à disposition depuis le début des recherches sur la branche concernée, étendre la recherche aux collatéraux, utiliser les bases de données généralistes pour vérifier si on cherche bien au bon endroit. On est parfois bien surpris du lieu où on va trouver l’information qui nous manque…