Pourquoi j’ai créé mon blog de généalogie ?

À l’occasion de la Fête de l’Internet qui se déroule du 18 au 31 mars, je vous ai convié à partager votre expérience de blogueur et à nous expliquer pourquoi vous aviez créé votre blog de généalogie. Quelle est l’histoire de La Gazette des ancêtres ? Retour sur une belle histoire.

 

genealogy-blog3

Je suis tombée dans le chaudron de la généalogie en 1994, vingt ans déjà ! Mes recherches ont démarré suite à une question : « Comment un enfant abandonné peut-il être en possession du livret de famille de ses parents ? ». Cet enfant, c’est mon grand-père. C’est en voulant répondre à cette interrogation que j’ai mis le doigt dans l’engrenage et qu’il m’a happée rapidement et entièrement.

Comme tout le monde, j’ai eu des hauts et des bas dans ma quête d’ancêtres. Et puis, un jour j’en ai eu marre. Marre d’être seule dans mon coin, je ne faisais plus partie d’une association généalogique, marre de n’avoir que des noms et des dates, marre de me raconter à moi-même les histoires de mes ancêtres. Si mon mari s’intéressait de temps en temps à mes recherches, c’était bien le seul dans mon entourage.

 

D’où mon envie d’avoir mon blog de généalogie.

Cette histoire est partie de deux envies :

– l’envie de partager

– l’envie d’écrire.

 

Je dirais même, le besoin d’écrire.

Je ne tiens pas de journal intime, le seul journal que je tienne étant un journal de recherches, mais écrire pour le blog a le même effet bénéfique pour moi.

Écrire pour moi est une activité salvatrice.

Le temps d’écriture me permet de mettre au calme la tempête qui règne dans ma tête. Pendant que j’écris ces lignes, je ne pense pas à autre chose (enfin presque..).

 

Écrire pour le blog me permet de me poser, de poser les bonnes questions quant au sujet que je souhaite aborder et de clarifier mes idées.

Comment bien écrire sur un sujet précis si la pensée n’est pas claire ?

C’est comme cela qu’a démarré le 10 octobre 2006 la première version de La Gazette des ancêtres.

J’ai commencé par publier des billets sur mes ancêtres et ceux de mon mari, puis je me suis intéressée à ce qui fait le monde de la généalogie comme d’autres sites ou les actualités et j’ai commencé à parler d’organisation. Adapter les méthodes d’organisation, de gestion du temps et de productivité à la généalogie, j’avais trouvé ma nouvelle marotte. Force était de constater que je n’étais pas la seule à me poser des questions sur le sujet. Les billets traitant d’organisation étaient les plus lus, et le sont encore. C’est ainsi que le blog s’est naturellement spécialisé dans ce domaine.

 

Il ne faut pas que la peur de l’écriture ou du sujet soit un frein. Tout le monde a quelque chose à dire, surtout les généalogistes ! Et, tout le monde sait écrire. Nous ne sommes pas en lice pour remporter un prix littéraire, nous bloguons pour notre plaisir.

À ceux qui ne se sentent pas à la hauteur, je dis « N’oubliez pas que les blogueurs que vous aimez ont déjà plusieurs années de pratique. Allez lire leurs premiers billets.»

Il n’y a pas de secret, c’est en écrivant régulièrement et en lisant d’autres blogs, que notre style s’affirme.

 

Bloguer m’a aussi apporté la joie de découvrir une communauté de généablogueurs motivée et dynamique.

Un commentaire par ci, un encouragement sur les réseaux sociaux par là, il y aura toujours quelqu’un pour vous soutenir ou vous aider en cas de problème.

Bloguer permet aussi d’entrer en contact avec des cousins, ce fut le cas pour Evelyne et Hervé qui se sont découvert un cousinage dans le cadre du Challenge AZ, ou des personnes qui pourront vous aider, un moment ou un autre. Je cite toujours cette anecdote qui m’est arrivée en exemple :

Au début de La Gazette des ancêtres, j’écrivais que je ne savais pas ou s’étaient mariés mes arrière-arrière-grands-parents, lui venant du Lot-et-Garonne et elle de Savoie. Quelques années plus tard, je reçois un e-mail d’une personne m’expliquant effectuer des relevés aux archives de Sceaux. Mon correspondant avait lu dans les registres un mariage Simard – Sonnerat et s’était souvenu avoir lu mon billet sur le sujet.

Je vous laisse imaginer ma surprise !

 

À vous qui lisez ces quelques lignes, allez-y, jetez-vous dans le bain des généablogueurs, vous ne le regretterez pas !

 

blogging

 

Un blog à l’honneur.

 

Après avoir expliqué pourquoi nous avons créé notre  blog de généalogie, il faut mettre un blog à l’honneur, difficile de choisir. Si je tenais l’andouille qui demande ça …

 

Qu’il s’agisse de chronique, de voyage, d’ancêtres, d’aïeux ou de racines, chaque blog a son intérêt par sa spécificité. Nous apprenons toujours les uns des autres.

Néanmoins, si je ne devais en choisir qu’un, ce serait Mes Racines familiales, le blog de Benoît Petit.

Pourquoi ?

Parce que Benoît a créé son blog suite à une discussion passionnée autour d’une table à l’occasion d’un stage de paléographie organisée par la Revue Française de généalogie.

À la pause déjeuner, entre deux plats, il a eu la mauvaise idée de me demander pourquoi j’avais créé mon blog et ce que cela m’apportait. Le pauvre a dû m’entendre tout le reste du repas, lui vanter tous les mérites d’avoir un blog de généalogie.

Non seulement, je ne l’ai pas fait fuir, mais je l’ai convaincu d’avoir son propre blog.

Le blog de Benoît a donc cet attachement en plus pour moi, c’est ma première victime !

 

 

Bonus

En parcourant la première version du blog pour écrire ce billet, j’ai retrouvé mon premier article sur Gallica. Il date d’octobre 2007. Je crois que l’on peut dire que je suis une fan des premiers jours !