Pendant le challengeAZ, je découvre la vie de mon arrière-grand-père, Louis Simard. S’il a passé une grande partie de sa vie à Paris, les sources m’indiquent que Louis a également séjourné dans le Val-de-Marne. Qui faisait-il ? 

Depuis 20 jours, je vous emmène sur les pas de Louis Simard, mon arrière-grand-père. En faisant parler les archives, d’une simple vie de cocher, nous avons découvert une histoire complexe, et pleine de surprises.

Toutefois, je ne pensais pas avoir de matière pour pouvoir écrire aujourd’hui.

Les archives auxquelles nous pensons, et celles auxquelles nous ne pensons pas.

Lorsque nous remplissons un formulaire administratif, nous râlons souvent au sujet de la lourdeur administrative, de ces papiers à remplir en n’exemplaires.

Pourtant, en tant que généalogiste, ces papiers, ces renseignements, sont autant de filons dans la mine de notre histoire familiale.

Comme dans les mines, nous pouvons exploiter un filon qui se tarira vite, et passer à côté d’un autre. Ce fut le cas tout au long de cette enquête. Si les archives de la Police se sont vite avérées décevantes, un traiteur est venu me surprendre.

 

La solution viendra des impôts

 

Louis a habité à La Varenne-Saint-Hilaire, dans le Val-de-Marne. Les différentes recherches menées par Johanna n’avaient rien donné. Du moins, jusqu’à hier.

Connaissez-vous les archives fiscales ?

« Les finances publiques ont produit des archives abondantes, qui renseignent sur les diverses taxes et impôts dont vos ancêtres ont dû s’acquitter. Aux archives départementales, on trouvera notamment les rôles d’impôt, qui indiquent ce que chaque contribuable doit payer (taxe foncière, mobilière, impôt sur le revenu, patentes sur les commerces). »

 

traiteur, challengeaz, varenne-saint-hilaire

Rôle des contributions 1914, Saint-Maur, D9P2 1083

 

Pour appuyer son billet pour les Archives du Val-de-Marne, Johanna a travaillé à partir de deux cas : celui de Jenny, et le mien, ou plutôt devrais-je dire, le cas de Louis. Une brillante idée. Je ne la remercierai jamais assez. Voici pourquoi :

Je recopie ici son texte publié le 21 juin 2016, sur la page Facebook des Archives :

« Nous avons donc tenté de le retrouver dans les rôles d’imposition de l’année 1914. Ces derniers se présentent sous la forme de quatre gros volumes, découpés en secteurs géographiques et classés par rues et numéros de maison. A l’adresse déclarée par Louis aux autorités militaires, le 25 rue Saint-Hilaire, ne se trouve qu’un contribuable : un certain Pierre Collet, restaurateur et traiteur. Il n’est pas le propriétaire de la maison, qui appartient à un certain Ouvray. Or, selon le recensement de 1911, vivent à cette adresse une vingtaine de personnes. En consultant les rôles d’imposition 1910, nous apprenons un détail supplémentaire sur la profession de Pierre Collet : il est cabaretier et logeur !
Louis Simard aurait-il loué un logement auprès de Pierre Collet ? »

 

challengeAZ, varenne-saint-hilaire, traiteur, val-de-marne

Photo prise au niveau du 25 rue Saint-Hilaire

 

Pourquoi Louis était à La Varenne-Saint-Hilaire ? Combien de temps y est-il resté ? Est-ce ici qu’il a rencontré la fameuse Hélène ?

Je n’ai pas encore de réponses, mais la découverte de Johanna entrouvre une porte. Il ne me reste plus qu’à la franchir.

 

Source

Johanna Daniel : « R comme Revenus » / Archives départementales du Val-de-Marne / URL https://www.facebook.com/archivesdepartementalesduvaldemarne/?fref=ts  / consulté le 21 juin 2016