Pendant le challengeAZ, je découvre la vie de mon arrière-grand-père, Louis Simard. Si Louis ne s’est pas distingué pendant la Première Guerre mondiale, il en est autrement pour Edmond Wuchsa, son neveu.

Louis a cinq neveux, et nièces, du côté de sa sœur Victoire ; Maurice et Lucienne, nés du premier mariage avec Charles Conrieux, puis Alice, Edmond et René, nés du second mariage avec Edmond Wuchsa.

Vous savez maintenant que Victoire Simard s’est mariée avec Edmond Wuchsa 😉

 

Qui est Edmond Wuchsa, le neveu ?

Edmond est né le 23 octobre 1899, chez ses parents, Edmond et Victoire Simard, au 10 rue Godefroy Cavaignac, dans le XIe arrondissement de Paris. Il est entouré d’Alice, âgée de 20 mois, et de Maurice et Lucienne, ses demi-frère et sœur, âgés de 10 et 8 ans.

Je ne connais pas encore l’enfance d’Edmond, mais je la devine plus paisible que celle de son oncle, Louis.

Il se marie le 10 mai 1924, à Paris avec Jeanne Brunin, puis le 15 décembre 1936, avec Fernande Vaure. A l’heure à laquelle j’écris ces lignes, je n’ai pas encore reçu les actes de mariage. Je ne peux donc vous en dire plus.

Il décède en 1997, âgé de 98 ans ; un beau pied de nez au service médical de l’Armée qui, en 1939, jugeait son état physique général « moyen« .

 

Edmond Wuchsa, un des derniers Poilus

Lorsque j’ai découvert que Victoire était mariée à Edmond Wuchsa, mon instinct de généalogiste n’a fait qu’un tour. Avec un tel nom de famille, si informations il y a, elles devraient être faciles à trouver. Ce fut le cas, mais pas comme je m’y attendais.

Edmond est né en 1899, il est donc de la classe de 1919. Quelle ne fut pas ma surprise de découvrir qu’il figurait parmi les derniers Poilus survivants.

 

BDIC_Opce_013263_001

Source BDIC

 

Edmond intègre le 103e régiment d’infanterie le 19 avril 1918, en tant que soldat de 2e classe. Le 21 mars 1919, il est affecté au 20e ETEM (Escadron du Train et des Equipages Militaires), jusqu’au 21 juillet 1920, où il sera affecté au 6e ETEM. Il effectuera cette dernière campagne en Haute-Silésie. Il est renvoyé dans ses foyers le 28 février 1921, avant d’être rappelé à l’activité le 3 mai de la même année pour, finalement, être libéré le 6 juin 1921, car soutien de famille.

 

Edmond n’est pas encore marié en 1921. Nous pouvons donc supposer qu’il était soutien de famille pour ses parents. Peut-être les aidait-il dans l’entreprise de transport familiale, située à Montreuil ?

Les Transports Wuchsa lui valurent d’être en affectation spéciale au titre de l’armement en 1939, c’est-à-dire que dans le cadre de la mobilisation générale, il ne fut pas affecté à un régiment, mais au sein de sa propre entreprise.

 

challengeAZ, wuchsa

Archives de Paris / Cote D 4.R1 2139

 

Malheureusement, les archives de la société de Transports Wuchsa n’ont pas été versées aux Archives départementales de Seine-Saint-Denis.

 

En 1995, Edmond fut parmi les derniers Poilus a être décoré de la Légion d’honneur.

 

Sources

Der des ders ; France, derniers Poilus de la guerre 14-18 ; URL http://dersdesders.free.fr/france.html ; consulté le 24 mai 2016

Archives départementales de Seine-Saint-Denis ; liste des fonds ; sociétés industrielles et commerciales. URL http://archives.seine-saint-denis.fr/-Acces-direct-aux-Instruments-de-.html ; consulté le 25 juin 2016

Legifrance ; « ORDRE DE LA LEGION D’HONNEUR Décret du 3 novembre 1995 portant nomination » ; page 16113 ; URL https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000000737596&categorieLien=id ; consulté le 21 juin 2016