Conférencière à RootsTech – Une nouvelle expérience

En juin 2015, suite à l’appel lancé par l’équipe de RootsTech, j’ai envoyé une proposition de conférence, sans trop y croire, car je savais qu’il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus. Et soyons honnête, je pensais que la proposition d’une petite Frenchie dont l’anglais n’était pas sa langue maternelle ne serait pas prise en compte. Huit mois plus tard, je peux ajouter une nouvelle expérience à mon CV : conférencière à RootsTech !

conférencière à RootsTech

 

Huit mois se sont écoulés depuis le jour où j’ai envoyé ma proposition de conférence et aujourd’hui. Huit mois pendant lesquels je ne réalisais pas ce qui se passait, et ce qui allait se passer.

J’ai reçu la confirmation de mon acceptation en tant que conférencière en septembre 2015. Imaginez votre surprise quand vous recevez ce message :

Dear Sophie Boudarel, 

Congratulations! You have been approved as a speaker or Ambassador for RootsTech/Innovator Summit 2016 conference. Your class session or ambassador information is as follows

Session ID:21215
Session Title: Save and share online information : 5 tools for the connected genealogist
Session Type: Traditional Class Session

We are excited for your participation and look forward to working with you in the coming months as we plan and prepare for the best RootsTech ever! We appreciate your willingness to share your knowledge and expertise—you’re part of what makes RootsTech great!

Suite à ce message, j’ai reçu régulièrement des informations avec un modèle de diapositive pour la présentation, des vidéos de conseil pour la présentation et la tenue de la conférence. Tout au long du processus, j’avais un contact en cas de souci.

Bien qu’il s’agisse d’un sujet que je maîtrise, faire une présentation dans une langue qui n’est pas la mienne, devant un public aux habitudes différentes qu’en France, pour un salon de la renommée de RootsTech, m’a apporté son lot d’angoisses. J’ai refait plusieurs fois les diapositives, j’ai réécrit le texte (encore à une heure de ma conférence je le fignolais).

Lundi dernier, lorsque l’avion a pris son envol de la piste de Roissy, j’essayais de réaliser la chance que j’avais. Non seulement, j’allais à RootsTech pour la deuxième fois, mais aussi j’allais y être conférencière.

Pour me préparer, j’ai longuement regardé la conférence de 2015 de D. Joshua Taylor. J’aime son style fluide, et comment il allie son expérience personnelle à ses conseils. Le public américain étant très sensible au storytelling, il fallait que personnalise un peu plus ma présentation.

Mercredi matin, j’avais réservé une heure pour pouvoir répéter. Ce que je ne savais pas, c’est que je devais me débrouiller seule. Après avoir attendu plus de 20 minutes que quelqu’un vienne, je me suis décidée à investir la salle, et tenter de brancher mon ordinateur. Après quelques soucis techniques, j’étais rassurée sur la façon dont j’allais présenter.

A partir de 16 heures, j’ai pu commencer à prendre possession de la salle, et à la voir se remplir. Parmi le public, deux soutiens importants : Audrey (Heredis) et Brigitte (Chroniques d’Antan). Au total, une quarantaine de personnes ont assisté à ma conférence.

Viens le moment où il faut se lancer, se présenter, présenter le sujet et sauter dans le grand bain. Une heure de conférence en anglais, avec des questions réponses, c’est un sport !

Très vite, les personnes présentes ont commencé à poser des questions,  à s’intéresser. Il y a eu un échange très intéressant entre nous, et entre eux également.

Au final, l’heure s’est vite écoulée. Beaucoup sont venus me faire un retour direct, ce qui est très important. Certains ne connaissaient pas les outils que j’ai présenté et ont eu envie d’en essayer au moins un, d’autres les connaissaient de nom, n’osaient pas les utiliser mais allaient maintenant essayer.

J’ai beaucoup aimé cet exercice, et je suis prête à recommencer !

Maintenant, je peux ajouter une expérience à mon profil :.