Généalogie à l’école : comment intéresser des CP ?

Après les CM2, CE2-CM1, je termine mon cycle d’ateliers de généalogie en école primaire avec des CP-CE1. Comment intéresser les tous petits à la généalogie ?

Intéresser les enfants à une activité d’adulte, voire de « vieux » (de leur point de vue, pas du mien, nous sommes bien d’accord !), n’est pas une mince affaire. Non seulement, il faut trouver les astuces pour les motiver, les faire plonger dans l’histoire familiale sans qu’ils le réalisent, mais aussi, il faut s’adapter à leur niveau.

J’ai choisi une entrée en matière directe avec les CM2, en les faisant travailler sur des actes, en leur faisant faire des recherches sur un site d’Archives en ligne (retrouvez le compte-rendu de l’atelier ici).

L’approche a été un peu plus souple pour les CE2-CM1. Ils ont travaillé sur une généalogie, puis sur leur généalogie, pour ensuite aborder la lecture d’un acte (retrouvez le compte-rendu de l’atelier ici).

Pour les CP-CE1, il m’a fallu trouver une nouvelle approche ; pas question de leur faire lire un acte, alors que la majorité des petits de CP savent à peine lire. Mais il ne faut pas pénaliser pour autant les CE1. J’ai donc travaillé chaque atelier avec ces deux aspects en tête.

comment animer un atelier de généalogie avec des CP

Le premier atelier a été une présentation de la généalogie, cette activité où « on met des gens dans des arbres !« . Nous avons travaillé sur l’histoire de Léo, et la présentation de sa famille. La lecture du texte s’est faite collectivement. Les enfants ont ensuite découpé les personnages de l’histoire pour les placer dans l’arbre généalogique, accompagnés de mot étiquette qu’ils devaient également associer à chaque personnage.

L’atelier s’est terminé avec la remise de la feuille enquête, et le petit questionnaire à remplir à la maison.

À l’inverse des autres niveaux, les CP-CE1 connaissaient déjà pour la majorité les prénoms de leurs grands-parents, mais ils ont aimé mener l’enquête, poser des questions (qui n’aime pas à cet âge ?). Certains parents / grands-parents en ont profité pour leur parler de leurs arrière-grands-parents, ou raconter quelques histoires familiales. Le début du deuxième atelier a démarré dans un joyeux brouhaha, chacun ayant quelque chose à dire. C’est aussi l’atelier qu’ils préfèrent, celui du dessin !

comment animer un atelier de généalogie avec des CP

Maison, fusée, arbre, fleur, chauve-souris pour petit vampire, l’imagination transforme la généalogie en jeu, et les portraits hésitants au début en figures détaillées.

J’ai divisé le troisième atelier autour de deux temps. Pendant la première période, je leur ai montré des documents familiaux, des photos, des médailles. J’ai insisté sur le fait qu’après avoir interrogé leur famille, ils pouvaient continuer à poser des questions, demander s’il y a des photos, des papiers. Parmi les documents familiaux que je leur ai montrés, le livret de famille de mes arrière-grands-parents. Question d’un petit généalogiste : « C’est ce document qui permet de remonter jusqu’aux dinosaures ? » … Travailler avec des jeunes ne fait pas se sentir forcément plus jeune !

Pour la seconde période, j’ai choisi de les faire travailler sur un texte à trous, résumant la généalogie. Les CE1 ont été heureux de pouvoir écrire. J’ai légèrement changé la règle pour les CP, en lisant le texte avec eux, et en associant chaque mot / trou à un numéro. Il ne leur restait plus qu’à découper les mots étiquettes et à les coller au bon endroit.

Nous avons travaillé également sur la question du temps, et de l’observation (notion indispensable en généalogie). Les enfants devaient reconstituer la ligne de vie de Pierre à partir de six photos. Il est intéressant de remarquer qu’ils ont presque tous eu du mal à différencier le bébé de l’enfant.

comment animer un atelier de généalogie en CP, la notion du temps

Les deux groupes du jeudi étaient moins nombreux que ceux du lundi et du mardi. Les activités se sont déroulées beaucoup plus vite, et le planning prévu pour trois séances a été réalisé pendant les deux premières séances. Pour ce troisième atelier, j’ai ajouté deux nouvelles activités.

Le premier groupe étant composé de CP, nous avons joué au domino-famille. Pour cela, je me suis inspirée du livre « Jeux et activités pour votre enfant – 3 ans » de Caroline Dillard et Catherine Vialles (éditions Retz). Il s’agit d’un mélange du jeu des 7 familles, et du jeu de dominos. J’ai créé 5 familles (parce que je n’avais assez de photos que pour 5), avec un  grand-père, une grand-mère, un père, une mère, un fils / une fille, et un code couleur pour chaque famille. À eux de recomposer les familles. La règle a été rapidement assimilée, et ils ont demandé à faire une nouvelle partie la première à peine terminée. Je pense qu’ils ont aimé.

 

comment animer un atelier de généalogie avec des CP, le jeu du domino des familles

Planche de cartes pour le domino des familles

Le deuxième groupe étant composé de CE1, je les ai fait travailler sur le texte « Une histoire de famille » trouvé sur le site Lutin Bazar. Les petits généalogistes ont eu à reconstituer un arbre à partir d’un texte, et à analyser les liens familiaux entre chaque personne de l’arbre.

Le seul point noir de l’animation avec les CP-CE1 fut le nombre d’élèves présents. En dehors du jeudi où il y avait six enfants dans chaque groupe, les groupes du lundi et du mardi tournaient en moyenne autour de vingt, voire plus pour le groupe du mardi. Il est difficile d’animer une activité avec autant d’enfants. Nous passons beaucoup de temps à les rappeler à l’ordre ; ce n’est agréable ni pour eux, ni pour nous. J’espère que ceci sera pris en compte pour les prochaines activités quelles qu’elles soient. Les activités périscolaires doivent être un temps de découverte, pas une halte-garderie où tout doit se faire dans l’empressement.

Je remercie chaleureusement toute l’équipe de la médiathèque de Paron pour leur aide et leur disponibilité. Ces animations furent une belle expérience, tant professionnelle qu’humaine.

J’espère qu’elle se renouvellera, les idées ne manquent pas pour faire évoluer les ateliers !