Mon oncle de l’ombre : un résistant sorti du maquis.

12 juillet 1944. Des rafales de mitraillettes brisent le silence de l’aube dans une ferme du Morbihan. Que s’est-il passé ? La journaliste Stéphanie Trouillard nous livre un témoignage bouleversant.

Stéphanie Trouillard est journaliste. Elle s’est spécialisée dans l’histoire de la Première et de la Seconde Guerre mondiale. Vous pouvez retrouver ses articles sur le site de France 24. Elle a également obtenu de nombreux prix en France et en Europe pour son documentaire web Si je reviens un jour. Les lettres retrouvées de Louise Pikovsky.

La généalogie de Stéphanie est ancrée dans le Morbihan, là où elle passait ses vacances dans la petite maison blanche de son grand-père Félix, à Caro. La petite fille, puis l’adolescente, passionnée par les livres, passe plus de temps dans le grenier à dévorer les classiques de la littérature, qu’à côtoyer son grand-père, un homme aimant, mais peu bavard.

Dix ans après le décès de ce dernier en 1994, Stéphanie aide son père qui débute des recherches généalogiques sur leur famille. Elle découvre alors un nom, André Gondet, et une mention, Mort pour la France.  Elle fait le rapprochement avec une photo présente dans la chambre de son grand-père. Celle d’un jeune homme au visage rond et au regard déterminé. Félix avait un frère, André. André était résistant.

Le début d’une longue enquête

Qui était André ? Pourquoi personne n’en avait entendu parler ? Dans quelles circonstances est-il mort ? Autant de questions auxquelles Stéphanie Trouillard passera des années à chercher les réponses.

Entraînant ses parents dans l’aventure, elle retrouve des témoins des évènements, épluche les archives dont celles du Service Historique de la Défense.

Je ne compte plus les heures passées aux archives. J’ai fini par devenir accro à cette odeur particulière, mélange de papier défraîchi, d’humidité, de poussière et d’encre fatiguée. Un parfum lourd, entêtant, mais réconfortant.

Il n’y a pas que les archives qui hantent Stéphanie.

La nuit aussi, je rejoins le peuple des ombres. Je suis dans le maquis avec mon grand-oncle et ses camarades.

De découverte en espoirs déçus, les informations s’accumulent doucement et, avec elles, leur lot de nouvelles questions. Pourquoi André Gondet a rejoint la résistance ? Pourquoi son groupe a été démasqué ? Que s’est-il passé ? Comment les évènements se sont déroulés ?

 

Un récit sans fard

Publié aux éditions Skol Vreizh, ” Mon oncle de l’ombre, enquête sur un maquisard breton” retrace ces années de recherches.

Au-delà de l’enquête minutieuse sur son grand-oncle, Stéphanie Trouillard nous fait revivre dans toute sa cruauté un épisode sanglant opposant la Résistance à l’armée allemande pendant la Seconde Guerre mondiale. Sans émettre de jugement, elle nous révèle les étapes de son enquête, les révélations, les questions soulevées, mais aussi ses doutes.

Stéphanie a vécu son enquête, elle s’en est imprégnée, au point d’en rêver, de susciter l’incompréhension autour d’elle. Elle ne cache pas d’avoir eu des moments de découragement, la menant presque à abandonner.

Au final, ” Mon oncle de l’ombre “, va au-delà de l’enquête historique. Nous suivons Stéphanie Trouillard dans sa démarche, partageons ses sentiments. Nous découvrons qui était ce jeune résistant, trop tôt disparu et oublié. Le livre est non seulement un hommage à André Gondet, mais aussi à ses camarades.

Mon oncle de l’ombre, enquête sur un maquisard breton ” est un livre fort, que je vous recommande.

 

Titre : Mon oncle de l’ombre, enquête sur un maquisard breton.

Auteure : Stéphanie Trouillard

Éditions : Skol Vreizh

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.