Pierre Martinet, le Sosa intraitable

généalogie, généathèmes, pierre martinet, sosa

Il y a des ancêtres qui vous font tourner en bourrique. Ils cumulent les difficultés, les écueils sur la route qui les mène à eux. Manque de chance, ou réelle volonté de leur part ? Pierre Martinet est l’un d’eux. Il ne porte pas le numéro 666 par hasard…

 

généalogie, généathèmes, pierre martinet, sosa

 

Dans le cadre du généathème du mois d’avril, j’ai choisi de m’intéresser au Sosa 666. Il se nomme Pierre Martinet et, comme son nom l’indique, il est intraitable.

 

L’histoire débute avec Philibert MONOD qui épousa en 1865, Marie LUPIN, originaire de Chilly en Haute-Savoie. La mère de Marie était Claudine BOSSON, née en 1801 à Seyssel en Haute-Savoie. Claudine avait le même prénom que sa grand-mère paternelle, Claudine MARTINET. Et Claudine MARTINET nous mena à Pierre MARTINET, son père.

 

Les deux Seyssel

 

gallica, seyssel, pierre martinet, généalogie, geneathemes

Plan de la ville de Seyssel, 1720, Bibliothèque nationale de France, département Cartes et plans, GE D-26604

 

Seyssel a une longue histoire de frontières. Habitée depuis l’Antiquité, le développement de la ville est lié au Rhône. C’est au Moyen-Âge que les premières maisons bourgeoises sont apparues, comme celle de la famille de Seyssel, dont l’histoire est liée à celle de la Savoie.

Suite à la guerre franco-savoyarde, le traité de Lyon signé en 1601, fait de Seyssel une ville importante pour le royaume français, avec son emplacement stratégique au bord du fleuve. Ce rattachement à la France n’empêcha pas la ville et ses habitants de garder des liens d’amitié avec ses voisines savoyardes.

Les Etats de Savoie se trouvaient affaiblis par ce traité, qui les privait d’un accès au Rhône. Depuis la signature, ils n’eurent de cesse de vouloir le renégocier. L’occasion se présenta grâce au célèbre voleur Mandrin. Poursuivi et arrêté sur les terres savoisiennes par la police française, cette intrusion donna lieu à des négociations diplomatiques entre les deux pays. Elles aboutirent le 24 mars 1760 à la signature du traité de Turin. Seyssel se trouva coupée en deux, avec le Rhône pour unique frontière. Seyssel-Savoie fut de nouveau rattaché à la France en 1792.

 

Les archives sur Pierre MARTINET et sa famille sont à rechercher dans les Archives départementales de l’Ain, bien qu’ils habitaient le côté savoyard. Nous le savons grâce à des mentions des hameaux de Prairod et Vallod, faites dans quelques actes.

 

Les MARTINET de Seyssel

L’étude des registres paroissiaux, ainsi que des dépouillements de l’Association Ain Généalogie, disponibles sur Geneanet, m’amène à penser que les MARTINET sont la seule famille porteuse de ce patronyme dans le village.

Claudine est née et a été baptisée le 16 juillet 1725. Son acte de baptême, comme tous les actes de la commune de Seyssel, ne contient que le strict minimum : date et lieu de naissance / baptême, nom des parents, du parrain et de la marraine.

Avant d’épouser Charlotte VINCENT le 9 février 1720, avec laquelle il eut six enfants,  Pierre MARTINET eu pour première épouse Jacqueme BOSSON, qu’il épousa le 8 février 1718. Un fils, Humbert, naîtra de cette union 11 mois plus tard. Jacqueme décéda cette même année de 1719, au mois de septembre.

Les deux actes de mariage de Pierre ne mentionnent pas les parents, ni l’âge des mariés, encore moins leur lieu de naissance.

 

généalogie, geneatheme, pierre martinet, seyssel

Seyssel : baptêmes mariages sépultures (1718) ; AD Ain cote FRAD001_ECLOT103410

 

Le fait que la famille MARTINET soir la seule de Seyssel m’a permis de resserrer l’étau autour de Pierre.

 

Pierre MARTINET, l’ancêtre intraitable

Malgré la bonne idée des prêtres de Seyssel de tenir des tables depuis 1670, l’acte de décès de Pierre MARTINET reste introuvable. Le 8 février 1752, à l’occasion du mariage de sa fille Pernette avec Blaise MARCET, il est précisé que Pierre est décédé. Les dépouillements réalisés par l’association Ain Généalogie m’apprenne que Pierre était présent à l’inhumation de Louise DELINS le 17 janvier 1748.

Pierre serait donc mort entre le 17 janvier 1748 et le 7 février 1752. Ni les dépouillements de l’association, ni les tables réalisées par le curé de Seyssel, ni la lecture des registres pour cette période, et même au-delà (jusqu’en 1836, année de naissance de son dernier enfant) ne mentionne le décès d’un Pierre MARTINET.

Il en va de même pour son acte de naissance.

Pierre a pu naître et décéder dans une autre ville. Mais laquelle ? Vous me direz d’appliquer la méthode de l’escargot. Mais comment savoir qu’il s’agit du bon Pierre MARTINET quand les parents, l’année de naissance, sont inconnus ?

 

pierre martinet, généalogie, geneatheme, seyssel

Geneanet, recherches sur Pierre MARTINET

 

Pour l’instant, sans pouvoir mener l’enquête plus en profondeur sur place, je dois me faire une raison, ce Sosa 666 est diaboliquement mystérieux.

 

Sources :

Commentaire (11)

  • Catherine| 5 mai 2017

    Bonjour Sophie,

    J’ai été intriguée par votre recherche car je suis salariée de Pierre Martinet, le traiteur intraitable. Est-ce un descendant de ce Sosa 666?

    • Sophie| 5 mai 2017

      Bonjour Catherine,
      Bonne question ! Il faudrait connaître la généalogie de monsieur Martinet. Toutefois, il s’agit d’un nom très commun. Qui sait ? Un descendant ou un cousin ?

  • Laubin Nadine| 15 avril 2017

    Bonjour Sophie, comme tu as une période de décès restreinte, tu pourras consulter les tables de l’Enregistrement du canton de Seyssel qui commencent en 1703, L’intérêt de ces tables (nom exact=Registres d’Actes Civils, série C) est de déterminer si un testament a été rédigé, chez quel notaire et à quelle date, une fois la référence du ttt trouvé, il suffit de se reporter à l’original dans les minutes du notaire. Un classeur aux AD01 donne les cotes des tables bureau par bureau et période par période. Rien n’est numérisé, mais tu as 3 notaires actifs à Seyssel durant cette période Martin Philibert (1723-1771), Vannel Claude (1724-1770),
    Favret Pierre (1730-1749).
    Amitiés Nadine Laubin

    • Sophie| 15 avril 2017

      Bonjour Nadine,
      C’est ce que j’explique en fin d’article. Il faut que je me rende sur place pour creuser. Les Archives en ligne, c’est bien, mais les recherches in situ, c’est mieux. Il ne me reste plus qu’à prévoir quelques jours de vacances 😉
      Merci pour tes informations sur les notaires de Seyssel!

  • Steph| 14 avril 2017

    On en a tous plusieurs des intraitables mais il ne faut pas désespérer j’ai finalement réussi à en trouver quelques uns par exemple avec les témoins, les parrains… et les signatures lorsqu’il y en a mais d’autres resteront des mystères…

    • Sophie| 15 avril 2017

      Bonjour,
      Pierre n’est pas le seul. Mais du fait du numéro, le côté retord des recherches m’a amusé. En effet, il ne faut jamais désespérer. Au détour d’une autre recherche, la sérendipité peut nous réserver de belles surprises.

  • Derrière Françoise| 14 avril 2017

    Bonjour
    Quel métier exerçait ce Pierre MARTINET ?
    J’ai un ancêtre meunier : Baldéric, dont la femme : Perette Pétronille se remarie 4 mois après la naissance d’un bébé, avec un meunier veuf du village voisin,ne respectant pas le délai de viduité. Ce qui est encore plus surprenant, c’est que son 1er mari, mon ancêtre Baldéric, n’est pas décédé dans ce village durant ces 4 mois. J’ai cherché dans les villages les plus proches sans succès : pas de registre ou pas d’acte de décès de mon ancêtre durant ces 4 mois. Quelques années auparavant, la servante de ce couple est tombée dans la fosse du moulin à eau et son corps a été retrouvé au printemps, tellement bien conservé que le curé a jugé cela miraculeux et rédigé un acte long de décès “pour l’édification des générations postérieures”. Mon Baldéric ne serait-il pas tombé dans la rivière, son corps étant entraîné par le courant ? J’ai suivi le courant et trouvé l’acte de décès de mon Baldéric qui était bien tombé dans la rivière et dont le corps a été retrouvé, mais ne s’était pas bien conservé, ce qui fait qu’il a été inhumé dans le village où le courant l’a entraîné.
    Autre possibilité : si votre ancêtre a un métier itinérant : scieur de long, colporteur, marinier, ramoneur, ou simplement manouvrier louant ses bras de ferme en ferme … Ces gens se déplacent en fonction du travail.

    • Sophie| 15 avril 2017

      Bonjour Françoise,

      Malheureusement, les actes sont assez lacunaires dans la région, je n’ai pas d’informations sur le métier, ni sur les parents. Pierre n’a pas disparu, car sur les actes de mariage de ses enfants, il est bien écrit qu’il est décédé, et non qu’ils ne savent pas où il est, comme c’est le cas pour un autre de mes ancêtres. Je continue de faire le tour des communes voisines, à la recherche du décès d’un Pierre Martinet, dont l’épouse serait mentionnée. Pour l’instant, ce n’est pas le cas.

  • Herrou Bernard| 8 avril 2017

    Pierre Martinet, ne serait-il pas décédé dans une autre commune aux alent-ours de Seyssel (01)?
    Bonnes recherches,
    Bigerra

    • Sophie| 13 avril 2017

      Bonjour,

      C’est ce que j’indique dans le billet. Il est en effet fort probable qu’il soit décédé ailleurs, mais pour l’instant, je n’ai trouvé que des homonymes, et ils sont nombreux !

  • Brigitte| 8 avril 2017

    un ancêtre intraitable et diaboliquement mystérieux, comme on les aime, avec un exposé clair et précis de la situation 🙂 Donc tu as ajouté une visite aux archives de l’Ain à ta liste de voyages généalogiques ? d’ici 2025 en gros ? 🙂

  • Répondre

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.