Généalogie, Gallica et sérendipité

Généalogie, Gallica, Brebion, Toublant, Carrabin

Deux des premières qualités du généalogiste sont la patience et la curiosité. Pour pimenter la recette, vous ajoutez la sérendipité, surtout quand vous naviguez dans Gallica.

J’utilise Gallica quotidiennement, tant pour mes recherches personnelles que professionnelles. Les cartes, les revues savantes, les images ainsi que la presse sont autant de ressources qui permettent d’enrichir une généalogie.

Le point fort de Gallica n’est pas son moteur de recherche, mais sa magie, aussi appelée sérendipité. Selon le Larousse, la sérendipité est la capacité à faire une découverte par hasard. Ainsi, lorsque je fais une recherche sur un sujet X, soit je consulte la table des matières du document, soit, dans le cadre de la presse, je feuillette le numéro.

Au détour d’une recherche dans la presse pour un client, un article posté sur la page sur laquelle je travaille, attire mon attention.

Généalogie, Gallica et sérendipité

Noces d’or à Ancenis. Ce titre attire mon attention pour deux raisons : il y a une photo, j’ai des ancêtres à Ancenis. Je commence donc la lecture de l’article. J’y apprend que le 18 août, les cloches de la vieille église d’Ancenis ont retenti pour célébrer les noces d’or de Ludovic Brébion et Marie Carabin. Brebion est un nom que je connais bien. Il est aussi dans ma généalogie, localisé à Saint-Géréon, commune limitrophe d’Ancenis. Il ne m’en fallait pas plus pour me plonger sur la piste de Ludovic et de ses ancêtres.

Noces d'or à Ancenis. Généalogie, Gallica, Brebion, Toublant

Une enquête au long cours

Dans mon cocktail, j’ai déjà la sérendipité avec la découverte de l’article, et la curiosité avec la lecture dudit article et le début des recherches. Il ne manque plus que la patience. Il en a fallut pour remonter les fils et trouver le lien avec ma généalogie.

Je commence par vérifier mon fichier Heredis. Il y a bien des Brebion dans mon arbre, mais ce ne sont pas des ancêtres.Pour le plaisir de la recherche, je vais rechercher s’il existe un lien.

En remontant l’arbre de Ludovic Brebion qui, soulignons le, s’appelle en fait Louis Charles Brebion, je découvre que certains des individus de ma généalogie sont témoins aux baptêmes/naissances, mariages d’ancêtres à Louis Charles. Au total, 43 liens sont recensés. Bien que ténue, je tiens un début de connexion entre les deux familles.

C’est en 1813, que les liens entre la famille de Louis Charles Brebion et ma généalogie vont apparaître plus clairement.

Gallica, Généalogie, Brebion, Toublant

Marie Brebion, grand-tante de Louis Charles, épouse Pierre Toublant le 7 avril 1813 à Saint-Géréon. Pierre est le fils de Pierre et Jeanne Pichon, mes ancêtres. Voici un premier lien.

En continuant de remonter la généalogie de Louis Charles, je remonte jusqu’à Mathurin Gruais et Jeanne Pichon, ses arrière-arrière-grands-parents. Pichon et Gruais sont deux noms présents dans ma généalogie, sur la même commune. Je décide de creuser cet aspect. Jeanne Pichon est la sœur de mon ancêtre Pierre. Ce qui me donne un nouveau lien.

Gallica, Généalogie, Brebion, Toublant

En regardant le graphique vous constatez que le lien ne s’arrête pas là. La petite-fille de Pierre a épousé le 2 août 1798, Jean Toublant, fils de … Pierre Toublant et Jeanne Pichon.

Dans mon élan, je reprends la fiche de Pierre Toublant, que j’avais laissée de côté depuis longtemps. Au décès de Jeanne en 1811, Pierre se remarie. Sa seconde épouse se nomme Françoise Gruais. Un nom qui fait écho au couple Mathurin Gruais/Jeanne Pichon cité plus haut.

Gallica, Généalogie, Brebion, Toublant

L’arrière-grand-mère de Louis Charles Brebion est une certaine Jeanne Gruais, fille de Mathurin Gruais et Jeanne Pichon. Françoise, la seconde épouse de Pierre Toublant, est la sœur de Jeanne.

Des noces qui valent de l’or

Il aura suffi d’une photo, d’un article de 1934 pour que je trouve trois connexions entre ma famille et Louis Charles Brebion. Des noces d’or qui m’auront permis d’enrichir ma généalogie avec l’aide de Gallica et de sa touche magique de sérendipité.

Sources :

Gallica, La recherche par proximité : une nouvelle fonctionnalité dans Gallica, publié le 26 novembre 2019 [URL] https://gallica.bnf.fr/blog/26112019/la-recherche-par-proximite-une-nouvelle-fonctionnalite-dans-gallica?mode=desktop

Larousse, définition de Sérendipité [URL] https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/sérendipité/186748

L’Ouest Éclair, édition de Rennes, 19 août 1934, mis en ligne sur Gallica le 16 octobre 2008 [URL] https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6256380

Commentaire (4)

  • Traces et Petits Cailloux| 15 novembre 2020

    Oui, pour trouver qqch dans Gallica, il vaut mieux compter le plus souvent sur la serendipité, parce que, leur moteur de recherche, quelle plaie! :/ Enfin, vous avez pu faire une jolie découverte 🙂

  • PELLEN Catherine| 19 octobre 2020

    Effectivement les trouvailles “par hasard” dans la presse alors que nous cherchons autre chose sont toujours un moment de bonheur et une nouvelle piste à creuser.

  • Deaucourt| 17 octobre 2020

    Ce mot a toute une histoire; son inventeur est une sorte de génie. L’art de tomber sur ce qu’on ne cherchait pas consciemment, ça se cultive! Et quel bonheur, ce genre de trouvailles!

  • RIVIERE Michèle| 17 octobre 2020

    Merci Sophie, je ne connaissais pas ce mot mais en fait, çà m’est déjà arrivé une ou deux fois..
    Michèle

  • Répondre

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.