Indexation, pensez à tourner la page

indexation, challengeaz, généalogiste professionnel

Pendant un mois, je partage avec vous mon journal : une année de généalogie. Entre contrats professionnels et recherche privée, découvrez les facettes de la généalogie. Aujourd’hui, je souhaite aborder le sujet de l’indexation.

Si vous me suivez régulièrement sur le blog, vous savez que je suis pour l’indexation. J’ai activement collaboré au projet 1 Jour 1 Poilu. Mené par Jean-Michel Gilot, ce travail d’indexation collaborative a permis d’annoter les 1,4 millions de fiches des militaires morts pendant la Première Guerre mondiale. Ces fiches sont consultables par tous sur le site de Mémoire des Hommes ou sur le site du Grand Mémorial.

Le site du Grand Mémorial donne également un accès aux fiches matricules qui ont été indexées sur les sites des Archives départementales.

indexation, page, indexation collaborative, challengeaz, généalogiste professionnel
Indexation – Archives départementales de Haute-Loire

Quel est l’intérêt de l’indexation ?

L’indexation a plusieurs avantages :

  • Que ce soit un simple marque-page pour indiquer l’année ou une recherche sur le nom de famille, l’indexation évite des heures de recherches dans des registres qui ont parfois plus de 300 vues.
  • L’indexation permet aux généalogistes débutant·es, manquant parfois de pratique et de méthode, d’accéder à l’acte recherché. Les outils varient selon les sites d’archives. J’aime particulièrement le Wiki-tag des archives départementales de la Haute-Loire.
  • Un acte indexé peut être moissonné par un autre portail, comme c’est le cas pour le Grand Mémorial, et pourquoi pas un jour, sur le site de France Archives. L’intérêt ? Amener le plus grand nombre de personnes à accéder aux archives en ligne, à avoir un premier aperçu de la généalogie, de l’histoire, de leur histoire.
indexation collaborative, challengeaz, généalogiste professionnel
Wiki-tag – Archives départementales de Haute-Loire

L’indexation a ses limites

S’il y a de nombreux avantages à encourager l’indexation, il faut reconnaître qu’il y a quelques écueils.

Tout d’abord, la qualité de l’indexation.

Sans consignes claires, il ne peut y avoir d’harmonie dans les données saisies. Or, pour une moisson cohérente des données et une restitution facile au public, il est important que tous les champs soient saisis de la même manière.

Un rapide coup d’œil sur différentes bases permet de voir que ce n’est malheureusement pas le cas. Dans une même base, vous pourrez trouver les champs saisis selon la chaîne NOM PRÉNOM ou PRÉNOM NOM, voire Prénom Nom ou NOM-PRÉNOM. Il y a aussi la saisie des dates qui, si elle n’est pas cadrée par des champs définis, jour-mois-année, sera saisie selon les envies de l’annotateur.

Bien que les services d’archives aient mis en place des interfaces différentes, il serait utile d’envisager une harmonisation, non seulement des champs à indexer, mais aussi des documents, et des conditions d’accès à l’annotation collaborative.

L’autre limite que je vois à l’indexation, est, selon moi, un effet pervers. Avoir un accès direct au document peut nuire à la qualité de la recherche. Le généalogiste oublie de tourner la page.

indexation, indexation collaborative, archives, challengeaz, généalogie, généalogiste professionnel
Image by Pexels from Pixabay

Pensez à tourner la page

Accéder directement à l’acte que vous recherchez, c’est bien. Se contenter de cela, ça l’est moins.

Les registres ne sont pas tous indexés dans leur intégralité. Ceci est valable pour les indexations des sites des archives, des bases de données commerciales, mais aussi des associations.

Ne pas tourner la page, c’est risquer de passer à côté d’un acte supplémentaire., d’un autre membre de la famille, ou d’une curiosité.

Mes conseils ?

  • Quand vous en avez la possibilité, profitez de votre consultation pour indexer, ne serait-ce qu’un acte.
  • Ne vous contentez pas de ce que vous trouvez, tournez la/les pages, avant et après.

N’oubliez pas qu’en généalogie, il est important de rester curieux !

Crédit image : Image by Bruno Glätsch from Pixabay

Commentaire (8)

  • Monique LENS| 14 novembre 2019

    Bonjour

    Je suis tout à fait d’accord avec LESCENE ; parmi les départements que je consulte l’Oise a depuis très longtemps indexé certains registres et si l’on se trompe d’une lettre en cherchant une personne dont on a déjà vu l’acte et qu’on sait qu’il existe on ne le retrouve plus et pas question de feuilleter plus de registres en lignes, ils ont été suppimés. Cela nous prive d’autres découvertes, je leur ai d’ailleurs écrit à ce sujet. D’ailleurs les associations font la même chose elles ont indexé et leurs actes ne sont plus visionnables non plus et pourtant cela nous permettait de découvrir d’autres membres d’une même famille en lisant les relevés d’une commune donnée.

  • tion est bien évidemment| 12 novembre 2019

    Une mouche aurait-elle piqué Orlane??? L’indexation rend bien évidemment d’énormes services mais c’est comme si un lecteur se contentait de la table des matières ou de l’index d’un livre sans éprouver le besoin de le lire! On ne répètera jamais assez qu’il faut toujours revenir aux actes eux-mêmes, qui réservent toujours des surprises

  • Véro| 11 novembre 2019

    Article très intéressant. J’ai également participé comme vous au projet 1 jour 1 poilu et je suis convaincue de la nécessité de l’indexation pour faciliter nos recherches. Votre appel « pensez à tournez la page » nous rappelle que la curiosité et la vigilance restent de mise dans toutes nos recherches. Dommage que certains ne l’ai pas compris.

  • LESCENE| 11 novembre 2019

    L’un des effets pervers de l’indexation est de limiter l’utilisation des documents à l’usage des généalogistes. En effet, ils recherchent un nom particulier, un ancêtre, et rien d’autre. Si vous voulez faire une autre utilisation des documents, comme tourner la page et voir ce qu’il y a derrière, c’est devenu impossible dans de nombreux sites. Il ne peut plus y avoir d’accès que par un nom. La consultation des registres a disparu. Et là, je ne parle pas des mauvaises indexations qui vous privent du bon renseignement, de la page mal tournée qui supprime même un document de l’indexation. Donc, l’indexation, c’est bien, mais avoir le choix des deux types de consultation, c’est mieux.
    Très bel article, Sophie, comme d’habitude.

    • Sophie| 11 novembre 2019

      Merci Christine.
      Je suis entièrement d’accord avec toi. Il est dommage que, sous couvert que le document ait été indexé, nous soyons privé du plaisir de poursuivre la recherche.
      Espérons que notre requête soit entendue.

  • Sartéa| 11 novembre 2019

    Merci Sophie pour cet article, effectivement il est important de ne pas se contenter du document trouvé ainsi. Il est vrai qu’à ma début, j’ai eu quelques ratés de ce genre… Plus tard J’ai retrouvé un ancêtre ayant une sœur jumelle, dont l’acte était sur la page suivante. Et si tout à la joie d’avoir enfin l’acte rechercher, je n’avais pas pris cette précaution, je serai passé à côté d’une info importante pour mois. A demain pour lire votre prochain article. Bonne journée

  • Orlane WANNE| 11 novembre 2019

    Bonjour – on n’a pas besoin de vous pr tourner la page ! j’indexe actuellement des fiches matricules sur Généanet et tout se passe bien. Donc, c’est quoi votre propos ? vous prenez les généanautes pour des débiles ou quoi ?

    • Sophie| 11 novembre 2019

      Bonjour Orlane,
      Je suis heureuse que tout se passe bien pour vous. Toutefois, à partir de mon expérience avec des généalogistes débutants, et de ce que j’ai déjà pu lire sur les réseaux sociaux, il arrive que certains généalogistes se contentent de ce qu’ils trouvent, sans penser à aller plus loin. Cela vient d’un manque d’expérience.
      Nous avons tous à apprendre les uns des autres 😉

  • Répondre

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.