Les Saisdubreil dans la presse : l’amputé d’Ernée

saisdubreil, presse, bretagne, généalogie

La presse est une source incontournable en généalogie. Que ce soit un entrefilet, une annonce ou tout un article, il est possible d’obtenir des informations importantes sur nos ancêtres. Découvrez comment.

Un entrefilet dans la presse. Quelques lignes pour annoncer un décès. Il arrive que nous trouvons des articles détaillés, d’un évènement, d’un procès… et cela nous entraîne dans des recherches passionnantes. Est-ce pour autant qu’il faut laisser de côté les notices nécrologiques ? Ma réponse est bien évidemment non.

Suivez-moi sur les traces de l’amputé d’Ernée…


L’Avenir de la Mayenne, 28 février 1909, p. 4, Retronews

La découverte du décès

Dans le numéro du 28 février 1909 de l’Avenir de la Mayenne, j’apprends que Pierre Saisdubreil, âgé de 36 ans est décédé à Ernée.

Première question : qui est donc ce Pierre Saisdubreil, émigré en Mayenne ? Si vous suivez la saga des Saisdubreil, vous vous souvenez qu’ils sont originaires de La Bouëxière, une commune d’Ille-et-Vilaine.

Dans de telles situations, mon premier réflexe est de toujours vérifier les distances entre les communes. Changement de département ne signifie pas systématiquement voyage au long cours. Il est possible qu’en un saut de puce, vos ancêtres changent de département. Ernée est située à 46 kilomètres de La Bouëxière. Forte d’une population de plus 5 000 habitants en 1906, contre près de 2 300 pour La Bouëxière, il est probable que Pierre Saisdubreil ai quitté sa ville natale pour Ernée afin d’y trouver du travail.

Mais avant de tirer des conclusions, il me faut trouver l’acte de décès.

Acte de décès de Pierre Marie Saisdubreil, Ernée (53)

Un acte de décès comme un(e) généalogiste les aime. Tout y est : l’âge, date et lieu de naissance, information sur les parents, ainsi que la date et le lieu du mariage du décédé.

Le mystère de la naissance

Quel mystère me direz-vous, puisque tout est précisé dans l’acte de décès. Sauf que… Sauf que dans ma base, je n’ai pas chez les Saisdubreil, d’enfant naturel. Non seulement cela, mais aussi, toutes les Anne Marie sont mariées.

Par acquit de conscience, je vérifie les informations que j’ai en ma possession sur toutes les Anne Marie Saisdubreil de ma base. L’acte de décès de Pierre indique qu’il est fils naturel et reconnu, mais au cas où.. Que ce soit dans ma pratique personnelle ou professionnelle de la généalogie, j’ai appris à toujours mettre en doute les écrits, tant que je ne pouvais confirmer ou infirmer les dites informations. Toutes “mes” Anne Marie sont mariées, et n’ont pas eu d’enfants hors mariage. Il manque donc une Anne Marie Saisdubreil. Le problème est qu’il y a beaucoup d’Anne Marie Saisdubreil pour la période 1840 – 1845, année estimée de sa naissance. Comment procéder pour la retrouver, sans y passer des heures ? Il me suffit de me procurer l’acte de naissance de Pierre Marie, son fils.

Archives départementales Ille-et-Vilaine ; La Bouëxière : naissances (1872) ; 10 NUM 35031 560
Quelqu’un a mal compris la notion de mentions MARGINALES…

Pierre Marie Saisdubreil est né le 26 août 1872, à la Débinerie, lieu-dit de la Bouëxière. Il n’est pas né chez sa mère, mais chez un certain Joseph. Une mère célibataire qui accouche chez un homme portant le même nom de famille.. Il s’agit peut-être de son frère.

Joseph est un prénom peu courant chez les Saisdubreil. Je le retrouve rapidement dans ma base. Il est le fils de Jean Marie et Anne Bazillais. En reprenant la liste de leurs enfants, je constate que les naissances arrivent tous les deux ans, sauf entre Joseph (sic) en 1842 et Perrine en 1844. Je me replonge dans les registres et découvre Anne Marie, née en 1842.

J’ai donc retrouvé la naissance de Pierre Saisdubreil et pu retracer son ascendance et m’intéressant à une information indirecte (chez qui il est né).

Fin de l’histoire ?

Pourquoi mourir jeune ?

Après les interrogations de base concernant Pierre Saisdubreil et ses origines, je me suis intéressée à son décès. Il n’avait que 36 ans.

Il était chaussonnier. Ce terme désigne les ouvriers des industries de la chaussure, voire un fabricant de chausson de danse, selon le Larousse. Selon le site Métiers d’Autrefois, ce terme est surtout utilisé dans le pays de Fougères.

Son décès est-il dû à un accident du travail ? La recherche dans la presse locale n’a rien fait ressortir de tel.

Compte-tenu de l’année de naissance de Pierre, je recherche sa fiche matricule. Peut-être avait-il une condition médicale qui sera précisée ?

Pierre était en parfaite santé. Il a effectué son service au 70e régiment d’infanterie. Sa fiche matricule recèle pourtant une information importante.

Archives départementales Ille-et-Vilaine ; Rennes ; 1892 ; Volume 5 ; 1R1772

Pierre est réformé le 4 septembre 1908 suite à une amputation et décède cinq mois plus tard. Y-aurait-il un lien ? Pourquoi fut-il amputé ?

Qui dit amputation, dit hôpital. L’inventaire en ligne de l’hôpital d’Ernée renvoyant vers une page blanche, je contacte directement les Archives départementales de la Mayenne. Après un échange de courriels, je reçois dix jours plus tard, la photocopie du registre des entrées de l’hôpital.

Archives départementales de la Mayenne ; Registre des entrées de l’hôpital d’Ernée ; H-dépôt 11/Q6

L’amputé d’Ernée

Pierre Saisdubreil fut amputé pour une artérite de l’avant-bras. Qu’est-ce qu’une artérite ?

À l’inverse de l’artérite ou artériopathie des membres inférieurs, l’artérite des membres supérieure est très rare. Toutefois, selon la Revue Médicale Suisse, le risque d’amputation est négligeable. Ce ne fut pas le cas pour Pierre Saisdubreil.

L’artérite des membres supérieurs peut avoir une cause syphilitique, avec gangrène, ou être d’origine rhumatismale. La documentation sur le sujet est assez technique, mais la description de ce cas clinique (Observation VII) trouvé sur Gallica, me semble un bon exemple représentatif du cas de Pierre Saisdubreil.

Pierre Saisdubreil a donc pu décéder de complications suite à l’amputation ou à sa maladie.

Épilogue

Pierre était mariée à Philomène Bouvier. De cette union est né un fils, Pierre.

L’artérite est peut-être la conséquence d’une maladie génétique (si vous avez la réponse, n’hésitez pas à laisser un commentaire). Pourquoi cette hypothèse ? Parce que Pierre, fils de Pierre, fut exempté de service militaire pour ankylose de la main gauche. Sa fiche matricule nous permet de suivre l’évolution de la maladie :

  • Exempté pour ankylose de la main gauche
  • 5 ans plus tard : maintenu exempté pour ankylose du poignet gauche et atrophie de la main droite
  • 11 ans plus tard : grosse déformation avant-bras et main gauche – ankylose et atrophie

Pierre fils ne sera pas amputé. Il mourra dix ans après ce dernier diagnostic. Il avait 45 ans.

Conclusion

Ne vous arrêtez pas au peu d’informations que peut contenir une annonce trouvée dans le journal.

De ces deux lignes et en suivant le chemin des indices, il m’a été possible de retrouver Pierre Saisdubreil et de découvrir les circonstances de son décès.

Pourquoi pas vous ?

Commentaire (5)

  • @mgardy63| 25 mars 2019

    Félicitation c’est une belle enquête , encore bravo

  • Deaucourt| 24 mars 2019

    Un vrai cas d’école: on tire un fil minuscule et c’est un pull-over entier qu’on détricote! Bravissima!

    • Sophie| 25 mars 2019

      Merci Jean-Louis. Et oui, et côté tricot nous sommes plutôt dans le Jersey : une maille endroit, une maille envers 😉

  • DELBARRE| 22 mars 2019

    BRAVO

  • Répondre

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.