Saisdubreil dans la presse : une annonce légale riche en renseignements

saisdubreil, presse, bretagne, généalogie

La presse est une source incontournable en généalogie. Que ce soit un entrefilet, une annonce ou tout un article, il est possible d’obtenir des informations importantes sur nos ancêtres. Découvrez comment.

Archives commerciales de la France : journal hebdomadaire, 20 nov. 1907, Gallica

Pour paraphraser une célèbre citation, la généalogie c’est comme une boîte de chocolat, on ne sait jamais sur quoi on va tomber. Ajoutez à cela, une pointe de Gallica, et en plus du chocolat, vous avez la liqueur.

Une annonce pleine de surprises.

Dans le cadre de mon étude des Saisdubreil dans la presse, je me suis intéressée à une annonce légale parue dans les Archives commerciales de la France.

Une ligne. Il suffit d’une ligne et de quatre mots pour aller de Wassy (Haute-Marne) à La Bouëxière (Ille-et-Vilaine), en passant par Bilbao (Espagne).

Archives commerciales de la France : journal hebdomadaire, 20 nov. 1907, p. 1483, Gallica

Je sais que les Saisdubreil sont originaires de la Bouëxière. Si certains sont ensuite partis pour d’autres communes, voire d’autres département, c’était toujours dans un rayon plus ou moins proche de la commune d’origine. Comment un Saisdubreil s’est retrouvé en Haute-Marne ? Pour des raisons pratiques, j’ai choisi de limiter mon étude aux événements survenus à la Bouëxière. Toutefois, étant intriguée par cette annonce légale, j’ai voulu en savoir plus. Bien m’en a pris.

La famille Saisdubreil s’enrichit de nouveaux individus.

Je commence mon enquête par une simple recherche sur Filae. La première réponse concerne un certain Roger Auguste Saisdubreil, né en 1915 à Wassy et décédé en 1993.

Son acte de naissance m’apprend qu’il est le fils de Victor, tapissier, et de Hermance Gandrille.

Victor est né en 1875 à Paris et décède en 1947 à Wassy. Je continue à dérouler le fil, malgré les nœuds du côté de Victor, et j’arrive à Jules Eugène, son père.

Jules Eugène naît en 1842 à Vitré (Ille-et-Vilaine), de Gilles et Jacqueline Lescaux. Il décède en 1882 à Clichy (Hauts-de-Seine).

Gilles naît en 1806, au hameau de la Ribertière, commune de la Bouëxière. Il épouse Jacqueline en 1827, à Goussainville (Val d’Oise). Le couple s’installe à Vitré (Ille-et-Vilaine), où Gilles est horloger. Il décèdera dans cette même ville en 1848.

La connexion se fait ici. Gilles est le fils de Pierre et Jeanne Moulin, mes ancêtres à la septième génération.

annonce légale, archives commerciales, ascendance Roger Saisdubreil, généalogie
Ascendance de Roger Auguste Saisdubreil

Des ancêtres voyageurs

Si Roger semble avoir passé toute sa vie, ou presque (il est décédé en Italie) à Wassy, ce ne fut pas le cas de son père, Victor Saisdubreil.

Né à Paris en 1875, il habite à Houilles (Yvelines) en 1895. Après son service militaire, il épouse en 1897, Marie Palmyre Louet. Le couple perd leur fils unique, âgé de 7 mois, en 1900. Marie décède dix mois plus tard, en juin 1901.

En septembre, il fait savoir qu’il entreprend un voyage de six mois “à l’intérieur de la France”. En novembre, ses pas le mèneront à Bilbao. Puis ce sera Paris entre 1902 et 1906. Cette même année, il habite Alfortville et rencontre Hermance Albertine Augustine Gandrille. En octobre 1907, le couple part s’installer à Wassy. Un mois plus tard, Victor achète le magasin.

Victore n’est pas le seul Saisdubreil à bouger, son père se retrouve également loin de la Bouëxière. Si Victor a probablement voyagé pour oublier la perte de sa femme et de son fils, Jules l’a fait pour trouver du travail.

Après le décès de son époux, Gilles Saisdubreil, Jacqueline Lescaux quitte Vitré, où son défunt époux était horloger, pour s’installer dans l’Oise, à Neuilly-en-Thelle.

Jules apparaît ensuite dans le recensement de Meulan (Yvelines) avec une femme, Louise Félicie Giroux, et une petite Julie. Il est dit être fabricant de pompes. La famille s’installe ensuite à Paris, puis à Clichy.

En conclusion, ne négligez aucune information, aussi infime soit-elle. Suivez les miettes d’informations semées par vos ancêtres. Elles vous emmèneront sur des chemins de traverse et elles enrichiront votre histoire familiale.

View Saisdubreil, de la Bouëxière à Wassy in a full screen map

Commentaire (4)

  • Pourquoi créer un blog de généalogie : un exemple concret ~ La Gazette des Ancêtres| 3 octobre 2020

    […] dernier, j’expliquais comment, à partir d’une annonce légale, j’ai pu suivre Victor Saisdubreil de Paris à Wassy, en passant par […]

  • PASCALE SAISDUBREIL| 26 septembre 2020

    La généalogie, c’est passionnant et surtout pleine de surprises

  • PASCALE SAISDUBREIL| 26 septembre 2020

    Bonjour,
    Je me présente: je suis la fille de Roger et la petite fille de Victor, que je n’ai pas connu, puisque je suis née en 1948. Voilà un peu plus de 3 ans, que j’ai entrepris des recherches sur ma famille. Suite à mon inscription sur le site de Geneanet et grâce à vos propres recherches, j’ai fait un bond considérable, donc grand merci.
    Quelle ne fut pas ma surprise, quand vous notez, que Victor a séjourné à Bilbao et que je vous confirme pour avoir en ma possession 2 cartes postales, qui lui sont adressées en Décembre 1901 et Février 1902. Comment avez-vous trouvé cette information ?
    Je me permets de vous apporter d’autres précisions suite à son retour d’Espagne. Toujours à travers des cartes postales, qui lui sont adressées d’Octobre 1903 à Juin 1906, il part travailler à Soissons à la maison EDY Ameublement. Sa migration vers Wassy se fait de part son métier de tapissier-décorateur avec l’achat de l’atelier de Mr Mayor Antoine, lui-même tapissier-décorateur (inventaire signé le 01/09/1907 par les 2 parties: document en ma possession).
    Victor a effectué sa formation à la ville de Paris et en est sorti major de sa promotion (dixit mon père), mais je n’ai pas de preuve, qui l’atteste. Mais pourquoi Victor est-il venu en Haute-Marne: à cette époque de nombreuses forges sont installées dans la vallée de la Blaise et les maîtres de forges y prospèrent avec des maisons bourgeoises, qu’il faut décorer.
    Voilà une toute petite partie de mon histoire familiale.

  • Saisdubreil dans la presse : les inondations de 1875 ~ La Gazette des Ancêtres| 4 août 2020

    […] j’ai suivi et retrouvé une fratrie suite à une annonce légale parue dans le journal des Archives commerciales de la France. Dans cette recherche, j’ai pu localiser certains membres de la famille Saisdubreil sur […]

  • Répondre

    Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


    Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.